Accéder au contenu principal
100 % création

Mossi Traoré réunit mode et entrepreunariat solidaire

Audio 02:24
Mossi Traoré.
Mossi Traoré. Michael Foust
Par : Maria Afonso
6 mn

Mossi Traoré est un jeune créateur franco-malien. Il navigue entre la banlieue et Paris, entre la création et la transmission. À travers sa marque, ce créateur veut également être utile à la société.

Publicité

« Créer c’est être libre », affirme avec conviction Mossi Traoré, jeune créateur de la marque Mossi et fondateur de l’école « Les Ateliers Alix ».

« À travers le nom de marque que j’ai choisi, c’est mon prénom, mais c’est aussi le prénom de mon grand-père maternel. C’est un héritage qui a de l'importance pour moi. Mossi c’est qui ? Mossi c’est un jeune de quartier, qui s'assume, qui n’a pas froid aux yeux, qui se dit toujours "impossible is nothing" » explique Mossi Traoré.

« Mossi c’est aussi la volonté de faire du brassage culturel. Mon équipe, aujourd'hui c’est un peu Benetton, il y a des gens de toutes origines. J’aime aller à la rencontre du monde. Mossi, c'est quatre mots : l’art, l’artisanat, la mode, et le monde » ajoute-t-il.

Découvrir la mode en volant dans les grands magasins

Sa passion pour les vêtements lui est venue en chipant dans les grands magasins parisiens. Enfant de la banlieue, Mossi Traoré a construit son parcours autour du partage et de l’échange : « J'ai grandi en partageant des paquets de chips à dix, avec tous mes potes. Quand on vient d’un quartier, la solidarité fait partie des valeurs. Je suis né dans une famille où l'on mangeait tous à la main autour d’un plat. Il y a toujours eu cette notion du partage, de la solidarité, de l’entraide. »

« Aujourd'hui, il est difficile de trouver le personnel qualifié quand on est un jeune créateur, parce qu’on n’a pas les moyens de se payer quelqu'un qui a dix ou quinze ans de métier, qui va forcément avoir un prix sur le marché et qui pourrait être embauché par les grandes marques, les grands groupes, mais pas par de jeunes créateurs. Donc, j'ai décidé de former moi-même le personnel dont j'ai besoin. En fait, j’ai toujours trouvé plaisant l’idée de faire ce que l’on aime en ayant une utilité pour autrui. »

Passionné, Mossi Traore nous raconte son ambition : « Mon rêve, c’est de faire de la haute couture avec les mamans de mon quartier. C’est-à-dire que toutes ces femmes qui savent coudre, tous ceux qui ont du talent entre les doigts, un de mes challenges, ce serait de travailler avec eux, de créer de l’emploi pour eux et d’aller atteindre les sommets de la mode, mais en faisant de l’insertion sociale, professionnelle. J’ai de l’ambition, mais je suis ambitieux pour ces gens-là aussi. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.