Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La demande de cobalt pour la 5G va concurrencer celle du véhicule électrique

Audio 01:56
Le cobalt est un minerai très prisé, utilisé dans la fabrication notamment des batteries des téléphones portables, ordinateurs et des voitures électriques.
Le cobalt est un minerai très prisé, utilisé dans la fabrication notamment des batteries des téléphones portables, ordinateurs et des voitures électriques. Lucien KAHOZI / AFP

Le développement de la 5G va exiger plus de cobalt pour les téléphones et le stockage de l’énergie. Une demande qui va entrer en concurrence avec les besoins en cobalt des véhicules électriques.

Publicité

La 5G et le véhicule électrique vont-ils se disputer l’offre de cobalt ? C’est l’avis de CRU, un cabinet d’analyste spécialisé dans les métaux, rapporte Reuters. La 5e génération de télécommunication exigera en effet de plus grosses batteries dans les nouveaux téléphones, afin de rendre possibles toutes les applications connectées promises.

Mais pas seulement : les nouvelles antennes terrestres de la 5G auront aussi besoin de plus grandes capacités de stockage. Encore des batteries, qui pour l’heure utilisent majoritairement la technologie à base d’oxyde de lithium et de cobalt. Les alternatives sans cobalt ne sont pas encore très répandues.

Stockage d’énergie pour les antennes 5G

Va-t-on manquer de cobalt pour les véhicules électriques ? La question se pose. À l’heure actuelle, ce sont les téléphones portables et le stockage de l’énergie qui absorbent le plus de cobalt : 45 000 tonnes, près de la moitié de l’offre de métal. Mais avec la 5G, ces quantités devraient passer à 75 000 tonnes en 2025, a calculé CRU, soit une augmentation de 50 %.

Parallèlement, la consommation de cobalt dans les batteries des véhicules électriques, actuellement de 30 000 tonnes, un petit tiers de la demande, devrait atteindre au minimum 100 000 tonnes, la moitié de la consommation de cobalt dans cinq ans, une augmentation de 400% !

Un marché excédentaire, mais une embellie des cours

Pour l’instant, pas de panique, le marché du cobalt est légèrement excédentaire. La demande du secteur aéronautique, où le cobalt est utilisé dans les turbines des réacteurs, a été stoppée net par le Covid-19, les compagnies aériennes ayant reporté voire annulé leurs commandes de nouveaux avions.

Mais il est probable qu’une compétition plus grande s’instaure à l’avenir dans les usages, entre le véhicule électrique et les antennes et terminaux de la 5G. De quoi doper un peu les cours du cobalt. Loin de leur record historique de mars 2018, 93 000 dollars la tonne, ils ont rebondi de 28 000 à 34 000 dollars, depuis leur creux du mois de juillet.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.