Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Les cours du soja au plus haut depuis deux ans et demi

Audio 01:48
Après s’être majoritairement approvisionnée en soja auprès du Brésil, qui n’a plus grand-chose à offrir, la Chine se tourne vers les États-Unis, qui n’auront jamais aussi bien vendu leur récolte en début de campagne.
Après s’être majoritairement approvisionnée en soja auprès du Brésil, qui n’a plus grand-chose à offrir, la Chine se tourne vers les États-Unis, qui n’auront jamais aussi bien vendu leur récolte en début de campagne. REUTERS/Dan Koeck

Depuis le début du mois d’août, les cours du soja connaissent une hausse quasi ininterrompue, grâce à une forte demande de la Chine, dont les élevages se relèvent de la peste porcine.

Publicité

Voilà qui doit réjouir les agriculteurs américains à quelques jours du scrutin présidentiel, aux États-Unis : les cours du soja ont atteint leur plus haut niveau depuis deux ans et demi. La progression est spectaculaire depuis le début du mois d’août : +23% !

Moins de graines de soja aux États-Unis et au Brésil

Depuis vendredi dernier, un nouveau cap a été franchi avec la publication du rapport du département américain à l’Agriculture. L’USDA prévoit des stocks de fin de campagne de soja encore plus faibles qu’anticipés aux États-Unis ; une récolte américaine en cours plus réduite que prévu, à cause de la baisse des surfaces, et des retards dans les semis au Brésil en raison d’un temps trop sec.

C’est ce qui a propulsé le prix du boisseau de graines oléagineuses à près de 10,8 dollars à la Bourse de Chicago. On n’est pas loin du niveau de 2016.

La Chine reconstitue ses élevages porcins

La Chine achète beaucoup plus que prévu. Alors qu’au cœur de l’été, on anticipait une faible demande d’oléagineux et que l’on avait des craintes sur la réalisation de l’accord sino-américain sur l’agriculture, la Chine est plus que jamais aux achats. Elle a reconstitué son cheptel de porcs, il est 30 à 40% plus important que l’an dernier et il faut le nourrir.

Rien qu’au mois d’août, 2000 nouveaux grands élevages ont vu le jour, on en est à 11 000 nouvelles fermes porcines géantes depuis le début de l’année. Les élevages de poulet continuent aussi de progresser. Et cela a des conséquences sur le commerce du soja.

100 millions de tonnes d’importations chinoises, un record absolu

Après s’être majoritairement approvisionnée auprès du Brésil, qui n’a plus grand-chose à offrir, la Chine se tourne vers les États-Unis, qui n’auront jamais aussi bien vendu leur récolte en début de campagne. Les compagnies publiques chinoises continuent leurs achats malgré la baisse de leurs marges de trituration. La Chine devrait importer au total 100 millions de tonnes de soja en 2020-2021, prévoit l’USDA, encore plus qu’en 2019, qui était déjà une année record pour les importations chinoises.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.