Débat du jour

Les forces de sécurité françaises vont-elles pouvoir tenir face à l'accumulation des missions?

Audio 29:30
Un deuxième homme a été interpellé, le 30 octobre 2020, soupçonné d'avoir côtoyé le tueur de la basilique Notre-Dame de l'Assomption à Nice, la veille du triple assassinat.
Un deuxième homme a été interpellé, le 30 octobre 2020, soupçonné d'avoir côtoyé le tueur de la basilique Notre-Dame de l'Assomption à Nice, la veille du triple assassinat. AP Photo/Daniel Cole

Il y avait déjà les missions de police et de maintien de l'ordre traditionnelles. Depuis vendredi 30 octobre 2020, les forces de l'ordre françaises doivent en plus faire appliquer les règles du nouveau confinement, bien acceptées selon des enquêtes d'opinion, mais quand même avec quelques grincements de dents.

Publicité

Il faut y ajouter depuis les attentats de Conflans Sainte-Honorine et de Nice, un renforcement de la menace terrroriste sur le sol français. Les effectifs de l'opération sentinelle de l'armée vont passer de 3 000 à 7 000 hommes. Les soldats sont toujours mobilisés au Sahel par l'opération Barkhane. Les forces de sécurité françaises vont-elles pouvoir tenir face à l'accumulation des missions ? C'est la question du jour.

Pour en débattre :
- Jean-Michel Schlosser
, sociologue, ancien inspecteur de police, chercheur associé au CEREP (Centre d’études et de recherche sur les emplois et les professionnalisations) à l’université de Reims
- Mathieu Zagrodzki, politologue, spécialiste de la police, chercheur associé au CESDIP (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales) à l’Université de Versailles, co-auteur de Vis ma vie de flic, aux éditions Hugo.
- Franck Alexandre, journaliste spécialiste des questions de défense à RFI.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail