Afrique économie

L'Afrique, le Covid-19 et la relance, selon le Boston Consulting Group

Audio 02:22
Bureaux du Boston Consulting Group, un cabinet international de conseil en stratégie considéré comme l'un des plus prestigieux du monde. (Photo d'illustration)
Bureaux du Boston Consulting Group, un cabinet international de conseil en stratégie considéré comme l'un des plus prestigieux du monde. (Photo d'illustration) Getty Images - ictor

Plus d’un an après le début de la pandémie de Covid-19, l’Afrique n’a pas subi le cataclysme que l’on craignait du point de vue sanitaire : il y a eu officiellement un peu plus de 100 000 morts jusqu'à la mi-mars 2021, soit le bilan largement le moins lourd par rapport aux autres continents. Elle a, en revanche, autant subi les conséquences économiques de la pandémie que le reste du monde. L’Afrique a connu la récession l’année dernière pour la première fois depuis 25 ans. 2021 devrait être marquée par la reprise.

Publicité

On s’attendait à ce que l’impact économique de la pandémie de Covid-19 soit catastrophique, mais les pays africains ont plutôt mieux résisté. Au-delà de la première récession du continent depuis un quart de siècle, l’existence observée depuis six à sept ans d’une Afrique à deux vitesses s’est accentuée.

« On a l’Afrique qui décolle, qui est en très forte croissance – qui était à 7 ou 8% – et qui dans l’ensemble est encore en croissance cette année (2020), plutôt à 1, 2 ou 3% », affirme Patrick Dupoux, responsable Afrique au BCG, le Boston Consulting Group. « Ce sont tous les pays qui ont une économie diversifiée, dont la croissance est tirée par les services, par l’émergence d’une classe moyenne. C’est typiquement une grande partie de l’Afrique de l’Est : l’Éthiopie, le Kenya, le Rwanda. C’est aussi une partie de l’Afrique de l’Ouest : la Côte d’Ivoire, le Sénégal… »

« Et puis, l’autre Afrique, c’est l’Afrique qui est encore sur les vieux modèles d’exportation des matières premières – essentiellement le pétrole et les produits miniers – et qui ont affronté la baisse des prix des commodités depuis quatre ou cinq ans, mais aussi des gros problèmes de gouvernance et de vrai difficultés à renouveler leur modèle économique et à se diversifier. C’est typiquement le Nigeria, l’Angola, l’Afrique du Sud, l’Algérie à un certain point de vue », selon notre expert.  

2021 devrait être l’année de la reprise

La Banque africaine de développement (BAD) table sur un taux de croissance continental de 3,4%. Trois facteurs seront le moteur de la relance en Afrique. « L’accès au vaccin, forcément la question de la dette. Une résolution rapide et forte (de cette question) va être très importante et bien sûr les prix des matières premières » explique Rabah Arezki, chef économiste de la BAD.

« Si les prix des matières premières augmentent, beaucoup de pays vont bénéficier mécaniquement d’une meilleure croissance. Mais encore faut-il que cette croissance soit bien redistribuée », conclut cet autre spécialiste du développement économique en Afrique.

La Zleca, un accélérateur de la relance ?

Entrée en vigueur le 1er janvier 2021, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) va « libérer les potentialités d’un grand marché unique », selon la BAD mais le BCG tient un tout autre discours. « C’est un projet plutôt sur vingt ans que sur cinq ans, je ne vois pas comment cela pourrait se mettre en place autrement que lentement. Même en Europe, cela a mis beaucoup de temps »  estime Patrick Dupoux pour qui la Zleca n’aura aucun impact sur la relance à court terme.

« Et en Afrique où on part d’un point extrêmement bas en termes d’intégration – c’est de loin le continent le moins intégré – ce qui est un énorme problème d’ailleurs du développement. C’est hyper-fragmenté et c’est un vrai problème, parce que chacun des marchés pris individuellement n’a pas la taille critique et c’est un des freins au développement économique » conclut l'expert. La Zleca ne pourra pas marcher tant que le fonctionnement et les échanges des sous-ensembles régionaux resteront faibles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail