Aujourd'hui l'économie

La vague de pénurie va-t-elle réveiller l’inflation ?

Audio 03:37
En raison de la pénurie moidial de semi-conducteurs, le constructeur automobile américain Ford a réduit la production de son pick-up F-150.
En raison de la pénurie moidial de semi-conducteurs, le constructeur automobile américain Ford a réduit la production de son pick-up F-150. AP - Carlos Osorio

Beaucoup de matières premières ou de produits intermédiaires sont aujourd'hui au bord de la rupture d'approvisionnement. Nos sociétés d'abondance redécouvrent la rareté, les prix commencent à grimper et la relance de l'économie pourrait en pâtir.

Publicité

Avec la pandémie on a redécouvert le manque. Le manque de masques, de gels hydro-alcoolique, et maintenant de vaccin. Face à cette explosion de la demande pharmaceutique, l'industrie a peiné à répondre, d'autant plus qu'elle était elle-même soumise à de nouvelles tensions. Le confinement l'a privée de main d'œuvre, les barrières sanitaires ont ralenti la productivité. Ce phénomène de pénuries est apparu dans le domaine de la santé et il s'étend maintenant à bien d'autres secteurs. Le bois fait défaut dans la construction, le plastique dans l'emballage, les conteneurs dans le transport maritime, et bien sûr les semi-conducteurs dans l'automobile et l'électronique. La main d'œuvre, elle aussi, fait défaut. La fermeture des frontières prive l'agriculture ou le bâtiment d'une ressource jusqu'alors abondante et bon marché.

Première conséquence de ces pénuries en série, la hausse des prix

Un phénomène mondial. En Chine les prix à la sortie de l'usine ont augmenté de près de 7% en avril, c'est beaucoup plus que le mois précédent et c'est aussi la poussée à la hausse la plus forte depuis cinq ans. Derrière, il y a des marchés de matières premières en état de surchauffe. Les prix des minerais, du café, du maïs, du poulet ou de l'huile de palme se sont envolés. Aux États-Unis, dans le secteur de la construction les prix de l'acier, du placo ou du bois ont augmenté de 10 à 30%. À l'autre bout de la chaine, du côté du consommateur, les prix commencent à remonter. Renault a été le premier constructeur automobile à les augmenter, les concurrents devraient suivre. Mais ces hausses de prix ne résolvent pas tout. Il va falloir gérer la pénurie, apprendre à vivre avec. Les constructeurs automobiles aménagent leur planning de production et privilégient les modèles les plus demandés ou les plus rentables pour pallier le manque durable de puces électroniques.

La rareté des marchandises pourrait réveiller l'inflation qu'on a connu dans les années 1970 ?

C'est ce que redoutent un certain nombre d'économistes habituellement très écoutés comme Larry Summers ou Olivier Blanchard. Pour le moment les dirigeants politiques minimisent ce risque, ils estiment que la hausse est transitoire. Pourtant, tout augmente : les prix et les salaires aussi. À cause des perturbations nées de la pandémie, beaucoup de professions sont aujourd'hui en forte tension. Les saisonniers, mais aussi les chauffeurs de poids lourd, les ouvriers spécialisés dans l'industrie sont des profils très recherchés. Certains ont pris une retraite anticipée, d'autres sont rentrés chez eux ou se sont reconvertis. Pour susciter les vocations, il faudra les augmenter. C'est plutôt une bonne nouvelle, la revalorisation des salaires correspond aussi à une demande sociale qui a été reconnu pendant la pandémie. Mais si l'inflation s'emballe, ces gains en pouvoir d'achat vont très vite s'évaporer.

C'est un risque pour la reprise de l'économie ?

En cas de hausse généralisée des prix, les banques centrales remonteront le loyer de l'argent, c'est-à-dire les taux d'intérêt, un outil assez efficace pour faire retomber la pression, mais avec un inconvénient si la hausse est trop soudaine : le ralentissement de l'activité. C'est le scénario noir qui fait peur aux investisseurs, surtout aux États-Unis. Un loyer de l'argent plus élevé sonnera la fin de cet âge d'or que connait la bourse américaine depuis plus de dix ans.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail