Aujourd'hui l'économie

Pourquoi la Bourse de Paris attire de plus en plus les pépites françaises

Audio 04:00
Euronext cherche à séduire les entreprises de la French tech.
Euronext cherche à séduire les entreprises de la French tech. © AP - Kamil Zihnioglu

Les pépites de la tech française sont de plus en plus attirées par la Bourse de Paris pour trouver de nouveaux financements. OVH Cloud, l’une des plus anciennes licornes de l’hexagone, a confirmé ce matin son intention de se faire coter à Euronext.

Publicité

La place de Paris est-elle enfin la solution aux problèmes de financement que connait la French tech ? Cet appétit est nouveau et réciproque. Euronext cherche à les séduire. Car ces jeunes pousses sont de plus en plus vigoureuses. S’en désintéresser serait néfaste à la réputation de la place financière. La semaine dernière, Believe -spécialisée dans l’accompagnement de l’industrie musicale- y a fait ses premiers pas. La première séance a été décevante, l’action a chuté de 17%. Une douche froide. On est donc encore très loin des contes de fée du Nasdaq sur le marché américain des valeurs technologiques où les sociétés entament souvent leur introduction sur de prodigieuses valorisations.

L’entrée au Nasdaq est une consécration internationale pour une entreprise technologique

Les pépites françaises en rêvent. Mais le ticket d’entrée est élevé, deux fois plus cher qu’en Europe. Il vaut mieux avoir une présence américaine significative, un siège, une part de marché pour réussir sa cotation. Rares sont les Français qui y parviennent. C’est pourquoi l’option européenne commence à être de plus en plus populaire. C’est aussi le vœu du gouvernement. Bercy met les bouchées doubles pour accompagner les start-ups, les soutenir financièrement mais il souhaite aussi ardemment que la Bourse de Paris prenne le relais, entre autre pour conserver sur le sol français ces entreprises prometteuses.

Comment ces start-ups ont-elles traversé la pandémie ?

Plutôt bien. Les 120 premières entreprises de la French tech ont recruté à tour de bras en 2020 et cela devrait continuer sur la même lancée cette année. Elles ont aussi multiplié les appels de fonds. Y compris auprès d’investisseurs étrangers. Dans la tech, les intégristes de la souveraineté nationale ne font pas recette. La présence d’un investisseur étranger au capital est au contraire vécu comme un plus, une preuve de l’intérêt mondial que suscite la jeune entreprise. 80% du capital d’OVH appartient à la famille du fondateur, le reste est détenu par deux fonds américains. Même le Chinois Huawei serait un partenaire respectable aux yeux des autorités françaises.

Le moteur de recherche Qwant aurait obtenu une avance de 8 millions de dollars de l’équipementier chinois

Le rapprochement entre les deux sociétés remonte à un an. Privé de Google par les sanctions américaines, le fabricant chinois de smartphone a choisi Qwant comme moteur par défaut pour ces appareils distribués en Europe. D’après nos confrères de Politico qui ont révélé hier cette information, la Banque publique d’investissement a approuvé cette montée au capital. La BPI est le bras financier de l’État, très présent dans le développement des pépites françaises. Ce financement est assez étonnant dans le contexte actuel de réserve grandissante à l’égard de Pékin mais il est aussi à relativiser : 8 millions de dollars c’est utile pour cette entreprise qui enregistre des pertes depuis trois ans, mais c’est une somme relativement modeste au regard des montants levés l’an dernier. Vingt et une levées de fonds dans la French tech ont dépassé le seuil des 50 millions d’euros.

La French tech est-elle bien placée par rapport à la concurrence étrangère ?

Elle est de plus en plus reconnue et campe maintenant sur la deuxième marche du podium européen des licornes. Mais avec 14 entreprises valorisées à plus d’un milliard d’euros, elle reste loin derrière la filière britannique, avec deux fois plus de licornes au compteur.

À lire aussi : Portrait : Delphine d'Amarzit, première femme à la tête de la Bourse de Paris-Euronext

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail