Chronique des médias

200 000 euros d'amende pour les propos d'Éric Zemmour sur CNews

Audio 02:39
Le polémiste Eric Zemmour.
Le polémiste Eric Zemmour. © AFP/Lionel Bonaventure

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) sanctionne CNews. La chaîne devra payer 200 000 euros pour des propos d’Éric Zemmour sur les migrants mineurs isolés.

Publicité

200 000 euros, tel est le prix à payer pour ce qui est tout sauf un dérapage de la part de CNews, première chaîne d’info à être mise à l’amende par le CSA. Son polémiste vedette Éric Zemmour, a assimilé les mineurs migrants à des « voleurs », des « assassins » et des « violeurs » dans l’émission Face à l’info, le 29 septembre dernier.

Dans cette violente diatribe contre des gens qu’il faut selon lui tous « renvoyer », ou empêcher de venir, il a bien été précisé « tous » par Éric Zemmour, après une question, ou plutôt une demande de précision de l’animatrice Christine Kelly. Là, comme il était prévu une demi-heure de différé pour éviter les dérapages en direct, CNews avait tout le loisir de couper des propos qui relèvent, selon le CSA, de « l’incitation à la haine envers les mineurs étrangers isolés ».

Mais la chaîne a préféré faire le buzz sur les réseaux sociaux avec sa séquence honteuse. Et c’est bien pourquoi l’instance de régulation l’a sanctionnée, en soulignant que la maîtrise de l’antenne « n’(a) pas été assurée, d’autant plus que l’émission a été diffusée en différé et sans modification ». 

Une sanction plus forte en cas de nouveau manquement

Alors 200 000 euros, est-ce suffisant ? On peut penser que non, surtout si l’on se souvient que C8, autre chaîne du groupe Canal+, a dû payer 3 millions d’euros pour un canular jugé homophobe sur son antenne, une amende confirmée en appel. Ce qui signifie qu’un stéréotype xénophobe faisant des migrants mineurs des criminels et des violeurs serait quinze fois moins grave qu’une mauvaise farce à partir d’une fausse annonce gay.

Mais le CSA, on le sait, reste très attaché à la liberté d’expression, surtout dans les émissions d’information. Tout nouveau manquement pourra entraîner une sanction plus forte – l’amende succède déjà à un simple avertissement pour des propos de Zemmour sur l’Islam et la colonisation de l’Algérie. Et il ne faut pas oublier qu’une plainte a été ouverte par le parquet de Paris pour « provocation à la haine raciale » sur cette l’affaire des migrants mineurs.

Éric Zemmour, locomotive d’audience

Mais demeurent, néanmoins, deux problèmes. Le premier, c’est que le groupe Canal, qui projette de faire appel, a intérêt à cliver et à radicaliser CNews pour faire monter son audience face à BFM et LCI. Et Zemmour est une locomotive d’audience qui ne suscite plus trop de réserves des annonceurs.

Le deuxième, c’est qu’à force de nous habituer à une « pensée zemmourisée » sur l’immigration, on ne voit plus ce qu’il peut y avoir de choquant dans la réalité, comme les pushbacks, ces refoulements des policiers européens de Frontex, qui ne laissent au migrant aucune chance de déposer une demande d’asile.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail