Chronique des médias

Diffusion TV du football: Canal+, le perdant qui se rebiffe

Audio 02:34
Canal+ ne diffusera pas la Ligue 1 la saison prochaine, pour protester contre la décision de la LFP de retenir l'offre d'Amazon.
Canal+ ne diffusera pas la Ligue 1 la saison prochaine, pour protester contre la décision de la LFP de retenir l'offre d'Amazon. © AFP/Martin Bureau

La chaîne Canal+ a annoncé vendredi 11 juin qu’elle renonçait à diffuser la Ligue 1 à la suite du choix fait par la Ligue de football professionnel de retenir Amazon pour 80 % des matchs de Ligue 1 et de Ligue 2.

Publicité

Ce choix du conseil d’administration de la Ligue de football professionnel fait à l’unanimité moins une voix, et bien il a sonné comme une déclaration de guerre à Canal+. Maxime Saada, le patron de Canal+, prévenait depuis longtemps déjà qu’il pouvait se passer des matchs de la Ligue 1, qu’il avait du sport avec les deux plus belles affiches de la Ligue des champions, dès cet été, ou encore des matchs de Premier League, le Top 14, la Formule 1 ou le grand prix moto. Mais c’est vrai que personne n’imaginait vraiment Canal sans Ligue 1. Le foot, c’est l’autre pilier de la chaîne avec le cinéma et les séries. 

Renoncer à des droits obtenus en 2018

Alors, quand la Ligue a décidé d’attribuer à Amazon 80 % de la Ligue 1, soit 302 matchs par saison et le top dix des meilleures affiches, c’est une véritable rupture qui a été consommée. Aussitôt le groupe Canal+ a fait paraître un communiqué dans lequel il annonce qu’il se retire de la Ligue 1 et qu’il ne diffusera donc plus les matchs du samedi après-midi et du dimanche soir.

Ce faisant, le groupe renonce à des droits obtenus en 2018 en sous licence de  beIN SPORTS pour 332 millions d’euros, des droits qu’il jugeait beaucoup trop cher au regard de la valeur actuelle de la Ligue 1. Il suffit d’ailleurs de donner un chiffre. Amazon va récupérer pour 250 millions d’euros ce que Mediapro, le groupe sino-espagnol, payait 800 millions d’euros avant l’échec de sa chaîne Téléfoot. Au total, avec les droits mobiles pour les extraits vidéo des matchs, les clubs de foot français vont se partager 663 millions d’euros par an jusqu’en 2024 contre 1,2 milliard du temps de Mediapro.

Pour une victoire sur le plan juridique ?

Alors toute la question est maintenant de savoir si Canal+ compte sur une victoire juridique alors que ni le Tribunal de commerce en mars ni l’Autorité de la concurrence le 11 juin ne lui ont donné raison lorsque le groupe a demandé qu’un appel d’offres global soit relancé sur la Ligue 1, y compris sur le lot qu’elle paye à beIN SPORTS. Canal compte sans doute pour cela sur un recours en appel. En attendant, même si la chaîne Canal+ ne diffuse plus la Ligue 1, cela ne veut pas dire que le groupe Canal n’en diffusera pas.

C’est une subtilité, mais elle est bien présente dans le communiqué, car l’on sait que tout le travail de Maxime Saada a été de faire de Canal une plateforme avec MyCanal et un agrégateur de contenus que ce soit de Disney ou de beIN SPORTS. On pourrait alors trouver à côté d’Amazon Prime Video, plateforme diffusant des matchs en exclusivité avec son service de livraison, une plateforme MyCanal, distribuant beIN pour les matchs restants. Mais tout dépend de ce que beIN SPORTS est prêt à accepter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail