Chronique des matières premières

La vague de froid au Texas paralyse l’industrie pétrolière et gazière américaine

Audio 01:44
Des voitures font la queue pour faire le plein dans une station H-E-B à Round Rock, Texas, le 16 février 2021.
Des voitures font la queue pour faire le plein dans une station H-E-B à Round Rock, Texas, le 16 février 2021. Suzanne CORDEIRO AFP

Puits de pétrole gelés, raffineries à l’arrêt : le froid polaire qui s’est abattu sur le Texas paralyse l’industrie pétrolière et gazière américaine. Et il prive de courant des millions d’habitants, soulignant la fragilité du système électrique aux États-Unis.

Publicité

Des températures inférieures à -10°C, le cœur de l’industrie pétrolière américaine n’avait jamais connu cela. Au Texas, l’eau des condensats a gelé dans les puits du Bassin Permien, haut-lieu des pétroles et gaz de schiste. Pipelines et gazoducs se sont mis en force majeure, faute de compresseurs en état de marche. Le chargement des tankers et des méthaniers s’est interrompu dans le port de Houston, dont les quais sont gelés.

La côte Est doit importer du carburant

Les terminaux de gaz naturel liquéfié ont stoppé les expéditions depuis les côtes de la Louisiane. Et le raffinage n’est pas épargné : 18% des capacités américaines sont hors service, la côte Est américaine n’est plus livrée en essence ni en diesel. Elle doit importer des carburants d’Europe.

Jusqu’à 900 dollars le MBTU de gaz

Le premier producteur mondial de brut voit son offre plonger d'un tiers depuis le début de la semaine, ce qui a dopé le prix du baril américain à plus de 60 dollars et du baril de brent à plus de 63 dollars. Mais c'est le prix du gaz qui s'est envolé : la référence du Henry Hub est passée de moins de 3 dollars à près de 18 dollars le MBTU, avec ponctuellement des transactions à plus de 900 dollars !

Le prix du kilowatt/heure multiplié par 180

Il faut dire qu’aux États-Unis, le gaz fournit plus d’un tiers des besoins en électricité, dont la demande est à son comble avec le froid. Pour éviter l’effondrement du réseau, les opérateurs ont procédé à des délestages massifs. Près de 5 millions de consommateurs américains étaient encore sans courant mercredi 17 février. Au Texas, le prix du kilowatt/heure est passé de 50 dollars à 9000 dollars par endroit.

Stockage électrique et réseau insuffisants

Certains élus blâment les énergies renouvelables. Il est vrai que les éoliennes ont aussi été paralysées par le froid. D’autres pointent au contraire l’insuffisance des énergies vertes et du stockage de l’électricité. Cet épisode polaire devrait encourager les investissements massifs dans le renforcement des réseaux électriques promis par Joe Biden.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail