Chronique des matières premières

Production record d'amandes californiennes, la consommation peine à suivre

Audio 01:46
Une branche d'amandier.
Une branche d'amandier. Getty Images/Paul Hanson

Chez les Californiens, rois de l’amande, la nouvelle campagne de récolte de ce fruit sec et riche en vitamines s’annonce encore plus abondante que les précédentes. La consommation peine à suivre le rythme même si l’amande a toujours la cote.

Publicité

Il faudrait manger beaucoup d’amandes et encore plus même pour arriver à absorber la production californienne qui ne cesse de progresser. Les exportations du mois de mai ont été record. Et la campagne qui se termine fin juillet pourrait atteindre un chiffre tout aussi historique de production.

L’amande a été un produit très rentable, il y a 10 ou 15 ans avec même des prix irréalistes allant jusqu’à 8 dollars la livre, explique un courtier en fruits secs. Beaucoup de vergers ont donc été plantés, c’est ce qui explique cette abondance avec, et c’est une chance pour les producteurs, des prix qui se maintiennent…  

Des prix qui se maintiennent malgré la forte production

Si les prix ne s'effondrent pas pour l'instant, c'est notamment parce que l’industrie s’est accordée pour un cours plancher au-dessous duquel même le prix des fruits de basse qualité qui servent pour la pâte d’amande par exemple ne descend pas. Sur le marché, ce sont les Américains qui donnent le pouls. Les spéculateurs européens, qui à une période influaient sur les cours, ont délaissé l'amande.

La consommation est toujours bonne, avec des marchés en pleine expansion, comme l’Inde, qui à elle seule a importé plus de 300 millions de livres en une campagne. Essentiellement des amandes en coque – moins taxées quand elles entrent en Inde – et qui sont transformées manuellement grâce à la main d’œuvre locale très bon marché. L’Inde et la Chine sont responsables de 50 % de l’augmentation des exportations. Ce qui n’a pas été grignoté dans les restaurants et les bars pendant la pandémie a visiblement été grignoté à la maison.

Un surplus de 300 000 tonnes d’amandes devra être stocké

Mais malgré cela, la consommation ne suit pas le rythme affolant de la production. Les reports de récolte se poursuivent donc d’une année sur l’autre, l’amande pouvant se conserver plus d’un an.

Pour cette récolte, 650 millions de livres – un peu moins de 300 000 tonnes – pourraient être reportées. Il faudra attendre une sécheresse plus importante que les autres, pour que la production baisse, et que les stocks puissent être écoulés… Ce n’est pas encore pour cette année, mais assez inévitable à court terme.  

►À écouter aussi : Priorité Santé - N’oubliez pas les bienfaits de la consommation d’amandes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail