Chronique des matières premières

Charbon à vapeur : le Canada veut montrer l'exemple

Audio 01:45
Vue aérienne d'une exploitation d'une mine de charbon au Canada.
Vue aérienne d'une exploitation d'une mine de charbon au Canada. © Getty Images/iStockphoto/edb3_16/

Au Canada, le compte à rebours est lancé pour l’exploitation du charbon à vapeur, celui qui sert à produire de l’électricité. Les autorités ont décidé de réfléchir à deux fois avant d’autoriser un nouveau projet sur son sol. Objectif : protéger l’environnement et répondre aux objectifs climatiques internationaux.

Publicité

Moins de charbon pour un air plus pur... C’est un peu la nouvelle devise du Canada, qui cherche à asseoir chaque année un peu plus sa position de chef de file dans la lutte contre la pollution.

Après avoir créé en 2017 une alliance post-charbon avec le Royaume-Uni, le pays veut aujourd’hui freiner tant qu’il peut, l’exploitation de mines de charbon à vapeur, utilisée dans les centrales électriques, le charbon à coke étant lui utilisé par l’industrie. Une décision en accord avec la position du G7 qui avait plaidé il y a quelques semaines pour la fin des investissements dans le charbon.

Les autorités canadiennes serrent la vis au nom de l’environnement

Concrètement tous les nouveaux projets d’exploitation de charbon à vapeur, et tous les projets d’expansion de mines déjà existantes sont désormais vus comme une menace potentielle pour l’environnement et considérés comme non conformes aux engagements internationaux du Canada.

Par conséquent, un projet pourra être remis en cause par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique dont le pouvoir discrétionnaire est réaffirmé par les autorités.

Coalspur Mines, la principale mine de charbon à vapeur, a été informée que cette politique s’appliquerait à ses projets d’expansion en Alberta, une des trois provinces du Canada où se concentre l’activité minière. Un avertissement qui ne vaut pas interdiction pour l’instant... Mais qui a déjà provoqué une réaction de l’Association canadienne du charbon très inquiète pour l’avenir de son secteur.

La Chine loin derrière le Canada

Le charbon à vapeur est essentiellement utilisé pour la consommation intérieure, les nouvelles restrictions ne devraient pas avoir d’impact sur le marché mondial. Mais cette nouvelle étape n’en est pas moins significative à quelques mois de la COP26, la grand-messe du climat qui est aussi le grand ennemi du charbon.

Un rendez-vous qui ne manquera pas de rappeler à l’ordre tous les pays à la traîne, en matière de réduction de gaz à effet de serre, et notamment ceux d’Asie. Le Canada pourra leur dire « suivez-vous »... ce qui est évidemment plus facile à formuler pour un pays peu dépendant du charbon, et plus compliqué à entendre pour ceux qui comme la Chine sont tributaires à plus de 60 % de cette source d’énergie !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail