Débat du jour

La pandémie étouffe ou renforce-t-elle la colère populaire?

Audio 29:30
Des milliers de manifestants étaient présents dans les rues de Rangoun pour protester contre le coup d'État militaire, ce samedi 6 février 2021.
Des milliers de manifestants étaient présents dans les rues de Rangoun pour protester contre le coup d'État militaire, ce samedi 6 février 2021. AFP - STR
Par : Adrien Delgrange
31 mn

En Birmanie, en Russie, en Biélorussie, en Algérie, au Liban ou en Haïti... des mobilisations citoyennes contre le pouvoir se multiplient. En bravant parfois des interdits, les citoyens descendent dans les rues de Rangoun, Moscou, Minsk, Alger, Beyrouth, ou Port-au-Prince pour réclamer le changement de ceux qui gouvernent. Mais à quel prix ? Ces rassemblements sont parfois durement réprimés par les forces de l'ordre. C'est donc au risque de leur vie que des peuples se soulèvent sur les enjeux de démocratie, de coûts de la vie, de libertés face à des gouvernants souvent autoritaires.

Publicité

Marcher pacifiquement peut-il suffire à obtenir ce que l’on veut ? Quelles sont les limites de la désobéissance civile ? Le Covid fait-il taire les peuples ?

En cette période de restrictions des libertés dues au coronavirus, c’est autant de questions que nous poserons à nos trois invités.

Invités :

- Cécile Coudriou, présidente d'Amnesty International France 

- Alain Bertho, anthropologue, Il consacre son travail aux mobilisations populaires dans le monde, aux émeutes et aux affrontements civils,  auteur du livre «Time over, le temps des soulèvements», éditions Le Croquant 

- Bertrand Badie, professeur émérite des Universités à Sciences Po. Spécialiste des Relations internationales. Auteur du livre «Inter-socialités. Le monde n’est plus géopolitique», CNRS éditions. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail