Après les Jeux Paralympiques, comment donner de la visibilité au handicap et favoriser l'inclusion?

Audio 29:30
La présidente du Comité paralympique et sportif français Marie-Amélie Le Fur lors des Jeux de Tokyo, le 28 août 2021
La présidente du Comité paralympique et sportif français Marie-Amélie Le Fur lors des Jeux de Tokyo, le 28 août 2021 Thomas LOVELOCK OIS/IOC/AFP/Archives

Le Débat du jour s'intéresse aux représentations du handicap dans nos sociétés. Les Jeux Paralympiques viennent de s'achever. L'occasion de s'interroger sur les images qu'ils véhiculent car s'ils constituent une formidable vitrines de nos avancées (ou non) en matière d'inclusion, sont-ils vraiment représentatifs de la diversité des personnes en situation de handicap, de la diversité des profils et des vécus ? D'autre part, comment continuer à donner de la visibilité au handicap hors des compétitions sportives ? Comment améliorer la compréhension que nous en avons, pour une meilleure inclusion ? Quels sont les stéréotypes dominants et comment les déconstruire ?

Publicité

Pour en débattre :

Florence Alix Gravelllier, vice-présidente de la fédération française de tennis ancienne joueuse de tennis en fauteuil roulant et désormais auteure et conférencière, auteure du livre, Marche - Sur les chemins de la vie . Ouvrage auto publié déjà disponible sur toutes plateformes numériques et disponible en librairie à partir du 1er octobre 2021

Rémy Bellet, père de Louise, 6 ans, atteinte de trisomie 21, co-fondateur de l’association « Extra Louise »

Pierre-Yves Baudot,  professeur de sociologie à l'Université Paris-Dauphine au sein de l'institut de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Sociales (IRISSO)/CNRS. Co-auteur avec Emmanuelle Fillion du livre Le handicap cause politique, éditions PUF

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI