France: l’exil des jeunes diplômés musulmans

Audio 19:30
Islam de France.
Islam de France. © Universal Images Group via Getty - Godong

L'immigration est au cœur de la campagne présidentielle, et derrière la dénonciation d'un soi-disant trop plein d'étrangers en France, ce sont bien souvent les musulmans qui sont stigmatisés. Les affaires de voile, et surtout, la vague d'attentats islamistes qui a endeuillé le pays en 2015, ont entraîné un raidissement de l'opinion à l'égard de l'Islam. 

Publicité

Le racisme s’exerce au quotidien à l'encontre des musulmans de France : dans l’accès à l’emploi, mais aussi en termes de rémunérations et d’évolution de carrière, dans le secteur du logement, lors de visites pour un achat ou une location ou lors de l'attribution de logements sociaux. On le rencontre aussi dans la pratique de harcèlement ou de traitements dévalorisants. Lassés d'être confrontés à ces obstacles, épuisés par cette hostilité sourde, de jeunes diplômés musulmans français émigrent vers des pays plus tolérants, où le port du voile par exemple, n'est pas stigmatisé. En Angleterre, aux États-Unis, ils disent enfin pouvoir revendiquer leur identité française sans que l'on s'étonne de leur religion.

 

Décryptage avec : 

- Julien Talpin, sociologue à l’Université de Lille, chargé de recherche au CNRS, a co-réalisé une enquête sur les émigrés musulmans (plus de 1 000 personnes interrogées et 150 entretiens approfondis), auteur de L’épreuve de la discrimination (PUF) 

- Jérémy Mandin, chercheur à l’Université de Liège, au sein du laboratoire CEDEM, il a participé à l’enquête « Redefining Home », réalisée par des chercheurs de trois universités (Liège, la KU Leuven à Louvain et celle d’Amsterdam).  

Et le témoignage de Mehdi Bouhassoune, il a quitté la France pour Londres, puis Singapour pour ne plus être discriminé en raison de ses origines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail