Journal d'Haïti et des Amériques

Jovenel Moïse: «Port-au-Prince ne peut pas devenir une zone de non droit»

Audio 19:30
Le président haïtien Jovenel Moïse, lors d'une interview, à Petion-Ville, en banlieue de Port-au-Prince, le 7 février 2020. (Image d'illustration)
Le président haïtien Jovenel Moïse, lors d'une interview, à Petion-Ville, en banlieue de Port-au-Prince, le 7 février 2020. (Image d'illustration) © Dieu Nalio Chery/AP

L’insécurité grandit dans la capitale haïtienne. Le week-end dernier encore, des membres de gangs ont pillé certains commerces et dépôts de nourriture dans les quartiers qu’ils contrôlent depuis des mois. De retour de voyage officiel en Turquie, le dimanche 20 juin 2021, le président Jovenel Moïse a dénoncé cette situation.

Publicité

« Port-au-Prince, c’est notre ville. La zone métropolitaine est notre zone. On ne peut pas la laisser devenir une zone de non-droit ». Jovenel Moïse s’est voulu ferme face aux gangs qui paralysent les activités dans la capitale. « Nous sommes là pour soutenir à 100% la police afin de pouvoir dire que ces bandits ne peuvent continuer leur route », a insisté le chef de l’État qui, pour la première fois, a évoquépubliquement le sort des familles déplacées dans la capitale à cause des exactions des gangs. Jovenel Moïse a demandé la mise en place d’une réunion d’urgence.

 

 

  • Jean-Bertrand Aristide autorisé à se faire soigner à Cuba

Testé positif au Covid, l’ancien président, 68 ans, ira se faire soigner à Cuba selon Le Nouvelliste. Le président Jovenel Moïse a permis qu’Aristide obtienne un passeport diplomatique pour des raisons humanitaires alors que l’ancien chef d’État a l’interdiction de quitter le pays depuis 2014. Toujours, selon Le Nouvelliste, l’ambassadeur haïtien à La Havane est chargé d’organiser les formalités diplomatiques.

 

  • Les militants écologistes sous la menace des assassinats au Mexique

Pas moins de trente défenseurs de l’environnement ont été tués au cours des 2 dernières années au Mexique, quatrième pays au monde où le plus grand nombre de militants écologistes sont tués. Plus largement, deux tiers de ces militants assassinés dans le monde viennent d'Amérique latine. L’accord d’Escazú, ratifié par douze pays latino-américains, est entré en vigueur il y a 2 mois tout juste, le 21 avril 2021, pour tenter de les protéger. C’est un dossier d’Emmanuelle Steels.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail