Colombie: 5 ans après les accords de paix, «le bilan est mince»

Audio 19:30
Le président colombien Juan Manuel Santos (C), le stylo-bille à la main, et le chef des FARC (D) lors de la signature de l'accord de paix, le 26 septembre 2016 à Carthagène. (Image d'illustration)
Le président colombien Juan Manuel Santos (C), le stylo-bille à la main, et le chef des FARC (D) lors de la signature de l'accord de paix, le 26 septembre 2016 à Carthagène. (Image d'illustration) REUTERS/John Vizcaino

Dimanche 26 septembre 2021 marquera le 5ème anniversaire de la signature des accords de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des Farcs. Quel bilan 5 ans après ?

Publicité

En 2016, la paix en Colombie, après des décennies de guerre, reposait sur six volets dont trois principaux : la mise en place d’une justice transitionnelle, la démobilisation des FARCS et la question centrale du foncier. L'enjeu de la redistribution des terres fut une des revendications majeures des guérilleros face à l'ultra-concentration des terres entre les mains de grands propriétaires fonciers. Cinq ans après ces accords, « le bilan est plutôt mince » concernant cette question foncière, reconnaît Jacobo Grajalès, professeur de Sciences politiques à l'Université de Lille. Il vient de publier, aux éditions Routledge, «Agrarian capitalism, war and Peace in Colombia».

 

  • Une mission américaine envoyée en Haïti la semaine prochaine

Après la démission fracassante de son émissaire spécial en Haïti, Daniel Foote, les États-Unis enverront la semaine prochaine une mission de haut niveau en Haïti. C’est ce qu’annonce Le Nouvelliste dans son édition du jour. Le but de cette mission sera de « déterminer la meilleure voie à suivre ici pour nous assurer de parler à la société civile afin que nous entendions le peuple haïtien lui-même pour essayer de comprendre ce qu’il convient de faire », selon les déclarations de Wendy Sherman, secrétaire d'État adjointe des États-Unis.

 

  • Des migrants haïtiens toujours en quête d’États Unis

Malgré les images-choc des garde-frontières américains poursuivant à cheval des migrants haïtiens au Texas, malgré les accusations de mauvais traitements de la part des gardes américains à bord des avions qui ont ramené déjà près de 2 000 personnes en Haïti, des milliers d’Haïtiens en Colombie ou au Mexique attendent de pouvoir fouler le sol américain. Ils sont nombreux ainsi à s'entasser, depuis plusieurs semaines, dans les villes mexicaines de Tapachula, à la frontière sud avec le Guatemala, et de Ciudad Acuña, à la frontière du Texas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI