Les dessous de l'infox, la chronique

Vaccination en Israël, campagne de désinformation contre Pfizer BioNTech

Audio 03:30
Un centre de vaccination contre le Covid-19 à Rosh Haayin, en Israël. Janvier 2021.
Un centre de vaccination contre le Covid-19 à Rosh Haayin, en Israël. Janvier 2021. © AP - Oded Balilty

L’actualité sur la pandémie de Covid-19 est dominée par la course aux vaccins, motivée par le besoin d’un retour à la vie normale. Mais il se trouve toujours sur internet, une minorité agissante pour dissuader les populations de se faire vacciner en masse. Israël, pays où la vaccination est la plus avancée dans le monde, est une cible de choix pour les propagateurs d’infox.  

Publicité

On peut lire sur le site Réseau International que le « vaccin contre le coronavirus de Pfizer a tué 40 fois plus de personnes âgées que le virus lui-même ». Ce qui est faux, mais circule sur les réseaux sociaux, sans vérification. Le site s’intéresse à la situation en Israël où près de la moitié de la population a déjà reçu deux doses de vaccin. Ils seront bientôt 6 millions à avoir reçu la première dose, soit les deux tiers de la population. L’article de ce site totalisant plus de 156 000 abonnés sur Facebook, prétend fonder son analyse sur les données du ministère israélien de la santé, mais il n’en est rien. Il cite les résultats d’une « démonstration mathématique », qui n’en est pas une. La réalité est toute autre, selon Bruno Toussaint, directeur éditorial de la revue Prescrire : « Pour ce qui est du risque d’infection ou d’hospitalisation, on observe une diminution de moitié ou des trois quarts, et pour les formes graves, après injection d’une deuxième dose, c’est une réduction des cas de l’ordre de 80% ».

Prescrire est une revue spécialisée à destination des professionnels de santé, qui ne dépend d’aucun laboratoire. Ses analyses sont le fruit d’un travail indépendant. Tout est fait pour éviter d’éventuels conflits d’intérêt au sein de la revue, explique Bruno Toussaint.

 

Dr Bruno Toussaint sur le caractère indépendant de la revue Prescrire

 

 

Dr Bruno Toussaint sur les effets de la vaccination en Israël

 

Infox grossière déconnectée de la réalité

À l’opposé, le site qui publie l’infox selon laquelle en Israël, le vaccin aurait tué plus de personnes âgées que le virus, ne présente que des données incomplètes, inexactes et non sourcées. L’article va même jusqu’à désigner le vaccin administré en Israël comme un « vaccin chinois », alors qu’il s’agit en réalité d’un partenariat entre les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech.

Un auteur prolixe dans la sphère conspirationniste

L’article publié par Réseau International sur son site et relayé sur plusieurs plateformes est signé Ethan Huff. C’est une traduction en français d’un article publié sur un site américain. Il n’apparaît pas certain qu’il s’agisse d’une personne physique. On peut même en douter au regard du nombre d’articles signés Ethan Huff sur les sujets les plus divers. Il s'agit pour la plupart d'infox reprises sur les sites d’extrême droite américaine comme Info wars, Epoch Times ou A final warning, connus pour relayer des thèses ultra-conservatrices, jusqu’en Europe ou en Afrique. Le même Ethan Huff a également publié un article purement conspirationniste accusant Bill Gates, Georges Soros et les Rockfeller d’avoir créé la pandémie.

La thèse du déni face à la pandémie

Lorsque l’on observe les comptes relayant l’article fallacieux sur les plateformes Facebook, Twitter, ou dans des groupes sur Telegram, on a l’impression que les propagateurs d’infox puisent tous aux mêmes sources.

Les infox amplifiées volontairement ou non sur les réseaux, cultivent le déni face à la pandémie, et donc le refus des mesures barrières aussi bien que de la vaccination. Elles alimentent le récit conspirationniste selon lequel une élite mondiale se sert d’un virus créé en laboratoire pour exercer un contrôle sur les populations.  Ces thèses proviennent d’officines qui défendent une ligne idéologique bien marquée :  antivaccin et pro-armes à feu notamment. On trouve sur l'un de ces sites, entre deux articles antivax, des publicités pour des armes à feu et des invitations à des sessions d'entraînement au tir.

Ces sites internet ressassent un crédo individualiste forcené : hors de question de laisser l’État s’occuper de notre santé ou de notre sécurité. Même résistance face à la lutte contre le réchauffement climatique. Toute démarche collective est bannie. Et comme la vaccination est, par excellence, une démarche collective, qui ne produit des résultats que si un maximum de personnes y adhère, les attaques sont virulentes à son encontre.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail