Revue de presse française

À la Une: l’horizon 2022, principal enjeu des élections régionales et départementales

Audio 04:55
Le taux d'abstention aux élections régionales devrait être élevé selon les instituts de sondage.
Le taux d'abstention aux élections régionales devrait être élevé selon les instituts de sondage. © AFP/Clément Mahoudeau

Publicité

Des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin en France qui s’annoncent délaissées. 

C’est le paradoxe de ce scrutin, car « on s’achemine vers une abstention historique, de l’ordre de 60% », prévient, dans Le Parisien Dimanche, le directeur de l’institut Ipsos Brice Teinturier, alors que, dès ce soir, après 20 heures, heure locale, va sonner l’heure des calculs politiques pour les états-majors des partis qui devront décider quelle conduite ils tiendront au second tour dimanche prochain, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022 en France. 

« Le résultat des régionales surtout peut avoir des conséquences importantes pour savoir quel paysage politique se dessine, prévient Le Parisien Dimanche. Marine Le Pen peut-elle se crédibiliser en emportant pour la première fois une région ? se demande ce journal. Les partis de droite et de gauche peuvent-ils survivre aux éventuels tiraillements de l’entre-deux-tours ? Autant de questions qui vont agiter les états-majors des partis dès ce dimanche soir. »

« Jamais un scrutin local n'avait recelé tant d'enjeux nationaux sous-jacents, souligneLe Journal du Dimanche. Selon ses résultats, certains potentiels futurs candidats à l'Élysée trouveront un nouveau souffle. D'autres en ressortiront affaiblis. » 

Des puissances étrangères qui tentent de percer en Afrique

Manœuvres aussi en Afrique, mais manœuvres de puissances étrangères qui essaient d’y percer, en Afrique francophone notamment ; à commencer par la Russie, via des moyens d’influence douce. 

L’Afrique est « plus que jamais un champ de bataille entre puissances étrangères », souligne Marianne, et en Afrique aussi, le « soft power » est devenu une « arme de guerre ».

Le « soft power » ? La puissance douce en bon français. À l’inverse de la force dure, celle des armes et de la puissance militaire, elle n’a l’air de rien, mais subrepticement, elle peut changer les rapports de forces et finir par atteindre l’objectif parfois bien mieux que le « hard power », la force dure.

Dans ce registre, les médias jouent un rôle déterminant

Justement. Marianne s’intéresse plus particulièrement à un proche du président russe Vladimir Poutine, l’oligarque Evgueni Prigojine, mais aussi à la chaîne de télévision panafricaine Afrique Media TV. « Intégrée au groupe Media Press Africa, elle revendique une "présence dans plus de 220 millions de foyers" grâce à une diffusion satellitaire, par le câble et hertzienne, rapporte Marianne. Elle est par ailleurs très présente sur les réseaux sociaux, avec plus de 650 000 abonnés sur Facebook et des milliers de vidéos sur sa chaîne YouTube. À longueur de journée, elle retransmet les débats enflammés qui se tiennent sur son plateau et alimente le narratif antifrançais, sans trop s’embarrasser des faits », remarque cet hebdomadaire.

Selon Marianne, « la seule chose qui égale sa détestation de la France semble être l’amour qu’elle porte à la Russie. Ce pays est présenté comme un "libérateur", un "allié fiable" qui aidera les Africains à bouter hors d’Afrique la France qui pille, tue et viole les populations ».

La télé, donc, mais aussi la radio :

Les « nombreux éléments » recueillis par ce magazine « viennent donner du corps à l’hypothèse d’un financement venu de l’Est », énonce-t-il, signalant ainsi que cette chaîne panafricaine a également « couvert de très près la création de la radio locale centrafricaine Radio Lengo Songo ».

Cet hebdomadaire évoque également l’obscur « Conseil africain des médias ». Lequel, en 2018, avait « un compte Twitter qui n’est resté actif que deux mois avant d’être supprimé. Marianne a retrouvé les archives de ce compte. Parmi les 18 abonnés qu’il comptait avant sa suppression, on retrouve le compte officiel du réseau Afrique de Prigojine.  Alors, Afrique Media TV est-elle partie intégrante de la stratégie d’influence russe en Afrique ? se demande le magazine français. S’il est impossible d’être catégorique à ce stade, l’accumulation d’indices pose de sérieuses questions et donnera certainement du grain à moudre à ceux qui, à Paris, s’inquiètent du développement de l’influence russe en Afrique », énonce Marianne.

Élections générales lundi en Éthiopie

L’occasion pour le Premier ministre Abiy Ahmed, Prix Nobel de la paix qui mène la guerre dans le Tigré, de tenter de se relégitimer.  Abiy Ahmed, « ce Prix Nobel en quête de rebond », lance Le Journal du Dimanche. Faute de vraie opposition, que le Premier ministre éthiopien a pris soin d’écarter de sa route, sa formation, le Parti de la prospérité, est « la grande favorite » du scrutin de lundi en Éthiopie. Mais question réputation, c’est loin d’être gagné et au final, ces élections pourraient « ternir une réputation de réformateur et de pacificateur déjà bien entamée », prédit Le JDD.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail