Revue de presse internationale

À la Une: scandale Pegasus, l'espionnage révélé de centaines de journalistes et de dissidents

Audio 05:19
Le logiciel espion Pegasus de la société NSO Group, s'il est introduit dans un smartphone, permet d'en récupérer les messages, les photos, les contacts, et même d'écouter les appels de son propriétaire.
Le logiciel espion Pegasus de la société NSO Group, s'il est introduit dans un smartphone, permet d'en récupérer les messages, les photos, les contacts, et même d'écouter les appels de son propriétaire. © AFP/Sajjad Hussain

Publicité

C’est le « cyberespionnage à l’heure de la mondialisation », titre Le Soir, le quotidien belge qui met en avant que « plus de 180 journalistes, mais aussi 13 chefs d’État, des politiques et des militants des droits de l’homme » dans le monde, ont ainsi été espionnés via ce logiciel Pegasus, mis au point par la société israélienne NSO. Et les quotidiens qui révèlent l’affaire, parmi lesquels le Guardian, le Washington Post ou bien encore Le Monde qui ont été eux-mêmes espionnés, mettent en avant les dérives les plus graves de certains États au sein même de l’Union européenne. Et notamment la Hongrie de Viktor Orban qui a « utilisé ce logiciel-espion pour attaquer les médias », explique le Guardian.

« Dans la Hongrie de l’ère communiste, les citoyens étaient recrutés pour espionner leurs voisins, dans la Hongrie d’Orban le logiciel Pegasus a été déployé pour un effet similaire via leurs smartphones », souligne de son côté le Washington Post. Le quotidien américain rapporte « qu’au moins 5 journalistes et une dizaine d’avocats », ont été ciblés « à un moment où Orban consolidait son contrôle sur les médias du pays et affirmait son pouvoir sur les tribunaux ». Une dérive « inacceptable », dénonce le Post « qui tourne en dérision les mesures de protection de la vie privée numérique adoptée par l’Union européenne ».

« Cette énorme fuite de données met (également) à mal le mensonge selon lequel les innocents ne doivent pas craindre la surveillance », souligne son côté le Guardian qui pointe le risque « d’une nouvelle ère de surveillance, où personne ne serait à l’abri », si aucun moratoire n’est mis en place « sur la vente de ces logiciels espions aux gouvernements par des sociétés privées ».

Les inondations meurtrières bousculent la campagne électorale allemande

Alors que la chancelière Merkel, très émue a pu mesurer hier auprès des sinistrés « la dévastation surréaliste », causée par les inondations, son successeur potentiel et jusqu’à présent favori des sondages Armin Laschet s’est quant à lui sérieusement « pris les pieds dans le tapis », souligne le Suddeutsche Zeitung qui rapporte comment le ministre a été filmé hilare samedi lors d’un hommage aux victimes des crues.

« S’agit-il d’un aperçu troublant du caractère de Laschet ou simplement d’une gaffe sans intérêt ? », s’interroge Die Welt qui met en avant « que son rire dans une zone sinistrée va hanter sa campagne », d’autant plus, souligne le quotidien, que « Merkel a montré (elle) comment on devait gérer la situation ». « Des erreurs de débutants pour un professionnel pourtant expérimenté », souligne de son côté le Suddeutsche Zeitung qui estime que cela pourrait profiter politiquement à sa rivale verte Annalena Baerbock qui « ne fait pas de tourisme en bottes de caoutchouc », et se déplace « sans la presse », dans les zones sinistrées.

Covid-19 : la levée des restrictions en Angleterre laisse craindre une explosion des contaminations

« C’est la farce de la journée de la liberté », raille le Daily Telegraph, le fameux « Freedom Day », où sont levées toutes les règles de confinement dans les pubs, les boîtes de nuit et la non-obligation du port du masque alors que « la Grande-Bretagne a dépassé les 50 000 cas quotidiens, seuls l’Indonésie et le Brésil en comptent plus », s’alarme Le Times qui met en avant que « les 200 000 cas quotidiens pourraient être atteints d’ici la mi-août ».

Et la presse britannique de relayer ce sondage selon lequel « 55 % de la population est contre cette réouverture contre 31 % seulement qui y est favorable ». De son côté le Financial Times s’inquiète de possibles « pénuries alimentaires et d’augmentation des prix », alors que des milliers d’ouvriers sont en quarantaine mettant la « chaîne d’approvisionnement sous pression ». 1,7 million de britanniques sont en quarantaine, note le Daily Mail.

À 4 jours des JO, les athlètes entre crainte du Covid-19… et des lits en carton

Déjà 5 cas de contaminations au cœur même du village olympique, rapporte la presse japonaise « la bulle sanitaire », a explosé explique l’Asahi Shimbun faisant craindre pour la sécurité des 11 000 athlètes et du personnel d’encadrement qui vivent dans ce village olympique. Un village, où les athlètes ont eu par ailleurs la surprise de découvrir que leurs lits étaient entièrement réalisés en « carton recyclable », rapporte de son côté l’Indian Express qui explique que cela fait jaser les sportifs sur les réseaux sociaux.

« Ce sont des lits anti-sexe », raille un coureur américain pour qui ces lits ont été mis en place pour « éviter toute intimité dans le village », certains s’inquiètent déjà de leur confort ou bien de voir leur lit s’effondrer, d’autres saluent l’initiative écologique, alors que le fabricant des lits indique qu’ils « peuvent supporter 200 kilos », souligne encore le quotidien indien.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail