Chronique des matières premières

Un parasite contraint l’Argentine à suspendre ses exportations de citrons frais vers l’UE

Audio 01:49
Des ouvriers agricoles argentins trient une récolte de citron frais, à Tucuman.
Des ouvriers agricoles argentins trient une récolte de citron frais, à Tucuman. AP Photo/Natacha Pisarenko

Nouveau coup dur pour l’économie de l’Argentine. Le pays est obligé d’arrêter d’exporter vers l’Europe ses citrons frais. En cause : un champignon que le continent cherche à éviter.

Publicité

Cette décision est due à la découverte, fin juin, de taches noires sur certains lots de citrons venus d’Argentine… C’est le signe du Black Spot, un champignon qui n’est pas présent en Europe, et dont le Vieux Continent cherche à tout prix à se protéger. Depuis le 1er juillet, donc, l’Argentine a stoppé net ses exportations vers l’Union européenne, dont elle est le premier fournisseur de citrons. Une suspension des ventes qui devrait s’étendre jusqu’à la fin de l’année 2020.

Cet arrêt brusque des exportations vers l’Europe, principale destination des citrons frais argentins, porte un nouveau coup à l’économie du pays, qui traverse déjà une grave crise depuis 2018. Une situation économique difficile, que la pandémie de Covid-19 va évidemment aggraver.

Il faut rappeler qu’en Argentine, le secteur agricole est l’un des rares à continuer de faire des bénéfices dans ce contexte très défavorable, mais ce secteur subit, lui aussi, la crise économique. L’Argentine a déjà perdu beaucoup de terrain ces dernières années vis-à-vis notamment de l’Afrique du Sud, qui se montre bien plus compétitive sur les exportations de mandarines à destination du marché européen.

80 % de la production du pays déjà écoulée

Alors tout n’est pas si sombre dans ce tableau : tout d’abord, avant la suspension des ventes de citrons à l’Union européenne, près de 80% de la production du pays avait déjà été écoulée, l’Argentine se trouvant en plein hiver austral et ayant presque fini sa saison. Ensuite, le pays exporte principalement des produits transformés, à plus grande valeur ajoutée, comme du jus de citron concentré et de l’huile essentielle. Le pays reste d’ailleurs le premier producteur et exportateur mondial de produits dérivés du citron. Une production destinée en grande partie aux États-Unis.

Enfin, la fermeture du marché européen pour les citrons frais n’empêche pas l’Argentine de se tourner vers d’autres destinations : pour la toute première fois, fin juin, le pays a exporté des citrons vers la Chine, un marché très prometteur selon les autorités argentines, qui prévoient de vendre 130 tonnes de citrons au pays cette année. Une quantité toutefois très faible par rapport aux 126 000 tonnes que l’Argentine a vendu à l’Union européenne en 2019.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail