Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Une crise sans précédent touche les betteraviers français

Audio 01:30
La jaunisse virale qui touche les betteraves entraîne des pertes de rendement importantes. (image d'illustration)
La jaunisse virale qui touche les betteraves entraîne des pertes de rendement importantes. (image d'illustration) Pixabay/Wolfgang Ehrecke
Par : Altin Lazaj

Les producteurs de betteraves en France tirent la sonnette d’alarme. Les plantes sont ravagées par la jaunisse virale avec pour conséquence des pertes de rendement importantes.

Publicité

C’est une crise inédite que vivent les betteraviers français depuis le mois d’avril. Les feuilles des plantes jaunissent à cause d’un virus transmis au printemps dernier par des pucerons verts. Conséquence, les betteraves ne grossissent pas et perdent leur teneur en sucre. En cause, l’interdiction en France depuis septembre 2018 des néonicotinoïdes, un pesticide qui protège les plantes contre ces pucerons, mais qui attaque aussi les insectes pollinisateurs, dont les abeilles.

Face à cette catastrophe, la filière de la betterave demande à l’État de rétablir l’utilisation des néonicotinoïdes le temps de trouver d’autres solutions. Elle regrette que ce pesticide soit interdit en France alors qu’il est encore utilisé dans d’autres pays européens. Une situation qui pénalise énormément les producteurs français. Selon la CGB, le syndicat des betteraviers, les pertes de rendement des agriculteurs pourraient dépasser les 30% voire 40% dans les zones les plus touchées. Les pertes financières, elles, pourraient dépasser les 100 millions d’euros cette année. Un chiffre qui risque d’être plus élevé, car la récolte n’aura lieu que dans deux mois et la situation risque de s’aggraver.

Actuellement, la jaunisse est présente dans presque la totalité des champs de betteraves, surtout dans le sud où elle touche 80 à 100% des surfaces. Un coup dur pour les betteraviers français qui souffrent déjà de la faiblesse des cours mondiaux du sucre et de la fermeture de certains sucriers en France. Privés de débouchés, 1 500 planteurs ont ainsi été contraints d’arrêter l’an dernier selon la CGB.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.