Accéder au contenu principal
Géopolitique, le débat

É​​​​​​​lections boliviennes: Mas vs No-Mas

Audio 50:00
Les partisans du MAS rassemblés autour du Tribunal suprême électoral, le 3 février 2020, à La Paz (Bolivie).
Les partisans du MAS rassemblés autour du Tribunal suprême électoral, le 3 février 2020, à La Paz (Bolivie). REUTERS/David Mercado

Le dimanche 18 octobre 2020, les Boliviens sont appelés aux urnes. Le scrutin est organisé par un régime issu du renversement d'Evo Morales, il y a un an (2019). L'élection se tient sans le premier président indigène du pays, aujourd'hui en exil en Argentine et interdit de participation électorale.

Publicité

La Bolivie, pays au coeur de la Cordillère des Andes à la géographie très contrastée entre les hauts plateaux et la région orientale au climat tropical. 11 millions d'habitants et une mosaïque de nations indigènes. Un pays loin d'être apaisé, en proie à de fortes tensions raciales. Deux options s'ouvrent à lui : la restauration d'un projet politique déposé, incarné par le MAS, Movimiento Al Socialismo et la substitution de ce projet. Entre une gauche divisée et une droite à l'offensive, la société bolivienne est polarisée. L'élection est un test pour la démocratie en Bolivie.

 

Invités :
- Guillaume Long, analyste au Center for Economic and Policy Research, CEPR à Washington et ancien ministre des Affaires étrangères de l’Équateur
- Claude Le Gouill, chercheur associé au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques, le CREDA, et co-auteur avec Laurent Lacroix de «Le Processus de changement en Bolivie. La politique du gouvernement d’Evo Morales 2005-2018», aux éditions de l’IHEAL, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine
- Christophe Ventura, directeur de Recherches à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques. Spécialiste de l’Amérique Latine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.