Afrique économie

Kenya: une startup transforme le fléau des criquets pèlerins en bénédiction pour les agriculteurs

Audio 02:20
The Bug Project propose aux paysans kenyans de ramasser les criquets dans les champs contre paiement, et transforme les insectes soit en engrais, soit en aliment pour bétail.
The Bug Project propose aux paysans kenyans de ramasser les criquets dans les champs contre paiement, et transforme les insectes soit en engrais, soit en aliment pour bétail. © The Bug Project

Transformer un fléau en bénédiction, c’est l’objectif que s’est fixé une petite société kényane. The Bug Project ramasse dans les champs les criquets pèlerins qui ont envahi tous l’est de l’Afrique, et notamment le Kenya, pour en faire soit du compost, soit de l’alimentation pour bétail. Une solution qui permet aux villageois kenyans de surmonter les pertes engendrées par les invasions de criquets.

Publicité

Depuis près d’un an et demi, le Kenya affronte les pires invasions de criquets pèlerins de son histoire. Les insectes réduisent à néant les cultures et dévastent les campagnes. Face à la détresse des paysans kényans, Laura Stanford, une Sud-Africaine de 33 ans, installée à Nairobi a décidé d’agir. « En réalité, s’il n’y avait pas eu le Covid-19, l’invasion de criquets pèlerins dans la Corne de l’Afrique aurait été la plus grande crise humanitaire de l’année dernière », dit-elle.

À la tête d’une petite entreprise d’élevage d’insectes destinés à l’alimentation animale, The Bug Project, elle entame donc dans plusieurs comtés ruraux des campagnes de ramassage de criquets. En collaboration avec la FAO, l’agence des Nations unies pour l’agriculture qui a entrepris depuis un an des opérations de pulvérisation d’insecticide.  

Mobiliser les habitants

« Tôt le matin, nous appelons la FAO, pour savoir où sont les essaims d’insectes et s’ils seront pulvérisés ou non. Si ce n’est pas le cas, nos équipes mobiles vont dans les villages, pour mobiliser les habitants et leur expliquer comment ramasser les criquets et les mettre dans des sacs que nous distribuons. Et nous payons les communautés par kilos de criquets ramassés. Nous payons immédiatement par MPESA, une application de mobile money », explique Laura Stanford.

Les villageois récupèrent 15 shillings, soit environ dix centimes d’euro par kilo d’insectes. Quant aux criquets, ils seront transformés en engrais s’ils proviennent d’essaims traités à l’insecticide, ou en nourriture pour animaux dans le cas contraire. 

Étendre le projet à l’ensemble du Kenya et au-delà

Antoine Hubert, ancien ingénieur d’Agro Paris Tech, une école d’agronomie, dirige aujourd’hui Ynsect, autrement dit la plus grande entreprise d’aliments pour bétail fabriqués à base d’insectes, en Europe. Pour lui, l’initiative de Laura Stanford fait sens dans un monde où les ressources ont tendance à s’épuiser.

« Cela fait partie de la solution, en effet. Et quand on voit ces invasions de criquets pèlerins, autant effectivement essayer de les collecter et de les transformer en aliments, d’autant que ce sont de très bonnes sources de protéines, très équilibrées. Il y a ces initiatives-là, et il y en a beaucoup d’autres. Il y a des projets au Cameroun ou au Burkina Faso où des vers de palme qui en passant d’un stade de collecte à un stade d’élevage, permettent de produire plus et de manière moins saisonnière. Ce qui crée de nouvelles filières, des revenus et des emplois », soutient Antoine Hubert.

Laura Stanford permet aux paysans collecteurs de criquets de gagner un peu d’argent en attendant des jours meilleurs. Elle leur redistribue aussi une partie du compost fabriqué avec les insectes afin de fertiliser leurs champs. Dépendante pour l’heure des fonds de la coopération danoise, elle aimerait étendre son projet à l’ensemble du Kenya ainsi qu’aux pays voisins, eux aussi touchés par les invasions de criquets pèlerins.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail