Chronique des matières premières

Un impact du Covid-19 sur les matières premières vite oublié, selon Cyclope

Audio 02:00
Le prix du cuivre a doublé en 2020, selon le cercle Cyclope (image d'illustration).
Le prix du cuivre a doublé en 2020, selon le cercle Cyclope (image d'illustration). REUTERS/Moritz Hager

Après une année 2020 chamboulée par le Covid-19, le cercle Cyclope anticipe un rebond de 19% de son indice des prix des matières premières. Une hausse déjà intégrée par les marchés, qui semblent avoir digéré la pandémie.

Publicité

Déjà oublié l’impact du Covid sur les prix des commodités ? « C’est un paradoxe, mais l’année 2020 n’a pas été si mauvaise que cela pour les matières premières », souligne Philippe Chalmin, directeur de Cyclope. Certes, les prix du pétrole et du gaz se sont effondrés au printemps dernier, avec l’interruption des transports. Le coton a perdu toute une saison textile. Mais les prix se sont redressés depuis. Un effet de la reprise de la Chine au second semestre, reprise « d’une ampleur que nul n’aurait pu anticiper ». Le prix du cuivre a doublé, celui du minerai de fer a presque triplé grâce aux importations chinoises.

Fin 2020 et début 2021 en fanfare grâce à la Chine

Rebond des prix du gaz, du coton, des céréales, restockées massivement par la Chine... « Les matières premières ont terminé l’année 2020 en fanfare » et commencé l’année 2021 avec le même enthousiasme. Paradoxalement, les métaux de la transition énergétique, cobalt et lithium, ont vu leurs prix végéter, sous le poids des excédents.

À l’arrivée, l’indice Cyclope, qui regroupe les prix moyens des matières premières sur l’année, n’a finalement chuté que de 19% en 2020. Et si l’on exclut l’énergie et les métaux précieux, cet indice est resté stable par rapport à 2019. Comme si le Covid n’avait pas existé.

Accalmie générale le reste de l’année ?

En 2021, si la situation sanitaire s’arrange comme on l’attend, Cyclope voit son indice se redresser de 19%, 11% sans l’énergie et les métaux précieux. À part le gaz naturel liquéfié et le minerai de fer, déjà vedettes en 2020 et l’or, « qui n’aime pas les vaccins », toutes les matières premières devraient voir leur prix moyen progresser.

Cependant cette hausse est déjà en grande partie actée, souligne le co-directeur de Cyclope Yves Jégourel. Les prix des métaux devraient se calmer, de même que les prix agricoles, grâce à la hausse attendue des emblavements.

Cacao et sucre déprimés, café bouillant en 2021

Du côté des produits tropicaux, le cacao devrait rester déprimé, « il n’est pas certain que la stratégie des producteurs africains tourne à leur avantage, juge Cyclope, les ventes ont pris du retard. » Le sucre sera confronté à de nouveaux excédents indiens. En revanche le café devrait connaître un fort rebond des prix avec un recul de la récolte brésilienne de plus de 30%.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail