Chronique des matières premières

Le vol de pots catalytiques dopé par le prix du rhodium

Audio 01:52
Le rhodium entre dans la composition des pots catalytiques des voitures. (Image d'illustration)
Le rhodium entre dans la composition des pots catalytiques des voitures. (Image d'illustration) LightRocket via Getty Images - SOPA Images

Il vaut 14 fois plus cher que l'or aujourd'hui. On parle du rhodium qui entre dans la composition des pots catalytiques des voitures. Un métal rare à l'origine d'un nouveau trafic notamment aux États-Unis et au Canada.

Publicité

Si votre voiture pétarade, c'est peut-être un effet indirect mais très concret de l'explosion des prix du rhodium, le signe en tout cas que vous n'avez plus de pot catalytique. Ce métal rare entre dans leur composition comme ses cousins palladium et platine.

Plus de 80% de son utilisation est d'ailleurs liée à la demande de l'industrie automobile. Et celle-ci ne cesse de croître, avec le renforcement des normes antipollution imposées par les États aux constructeurs. Très résistant, le rhodium est particulièrement efficace pour nettoyer les véhicules de leurs émanations polluantes. Il n'a d'ailleurs pas de substitut connu à ce jour.

Des milliers de vols de pots catalytiques en 2020 aux USA

Un pot catalytique contient moins de 0,1 g de rhodium, mais au prix actuel, cela a donné des idées à certains. Le prix du rhodium a effet frôlé les 30 000 dollars l'once la semaine dernière. Hier il était retombé à 24 000 dollars, soit toujours 14 fois plus qu'une once d'or. De quoi motiver donc escrocs et voleurs, à ramper sous une voiture.

Aux États-Unis, des milliers de pots catalytiques auraient été dérobés l'année dernière, selon le Washington post.  Ces dernières semaines la presse canadienne a relayé elle aussi des vols par centaines, que ce soit sur des parkings, des ateliers de mécanique et même chez des concessionnaires de voitures neuves.

Un marché toujours tendu et des prix qui vont rester hauts

Cette année, le marché devrait être encore déficitaire, estime Mathieu Leguerinel, analyste au BRGM, le Bureau de recherche géologiques et minières, avec des prix qui devraient rester relativement hauts. Des prix qui ont été dopés ces derniers mois par une activité minière chamboulée en Afrique du Sud.

2020 a été marquée par des coupures d'électricité récurrentes, une panne de plusieurs mois dans une fonderie de la compagnie Anglo American Platinum et bien sûr la pandémie. De quoi provoquer une poussée de fièvre sur le marché du rhodium. Or le pays fournit 82 % de la production de rhodium selon les derniers chiffres du BRGM. Le petit marché du rhodium, puisqu'on parle de 20 à 25 tonnes par an, est donc très dépendant des aléas sud-africains.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail