Débat du jour

La crise sanitaire provoque-t-elle une nouvelle défiance anti-élite?

Audio 29:30
Une perquisition a eu lieu le 8 avril au Palais Vivienne, propriété du collectionneur Pierre-Jean Chalençon, mis en cause par un reportage de la chaîne de télévision française M6 pour avoir organisé des dîners clandestins à Paris.
Une perquisition a eu lieu le 8 avril au Palais Vivienne, propriété du collectionneur Pierre-Jean Chalençon, mis en cause par un reportage de la chaîne de télévision française M6 pour avoir organisé des dîners clandestins à Paris. © AFP/Thomas Coex

Au moment même où le chef de l’État, ancien élève de l’ENA, annonce la suppression de cette institution qui a formé des générations de gouvernants et de grands chefs d’entreprises, alors que nous subissons un troisième confinement, entre information, rumeur et fantasme, bruisse une affaire dite des dîners clandestins. Après le mouvement des «Gilets jaunes», ce ressentiment d’un certain nombre de «Français de base» à l’encontre des «premiers de cordée» chers au président de la République alimente toutes les suspicions envers les «élites». Cette indignation révèle une crise profonde.

Publicité

La crise sanitaire provoque-t-elle une nouvelle défiance anti-élite ?

Avec nos invités

- William Geniyes, politologue à Science Po et spécialise de la sociologie des élites politiques

- Philippe Pascot, ancien maire-adjoint de Manuel Valls à Évry, auteur de «Délits d’élus» et «Mensonges d'État», édition Max Milo 

- Eric Anceau, historien maitre de conférences à Sorbonne Université et auteur de «Les élites françaises. Des lumières au grand confinement», édition Passés composés. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail