Européen de la semaine

Laura Codruța Kövesi, procureure générale européenne

Audio 03:21
Laura Codruța Kövesi, procureure générale du Parquet européen, le 14 février 2018.
Laura Codruța Kövesi, procureure générale du Parquet européen, le 14 février 2018. AFP/Daniel Mihailescu

C’est la semaine du lancement du Parquet européen. Depuis le 1er mars, l’Union européenne s’est dotée de cette nouvelle instance pour lutter contre la fraude financière. À sa tête, Laura Codruța Kövesi, 48 ans, ancienne procureure générale de Roumanie. Une magistrate intègre et persévérante à la réputation sans tache. Portrait.

Publicité

« L’incorruptible des Carpates », « l’Eliot Ness roumaine »… Les qualificatifs fusent quand il s’agit de Laura Codruța Kövesi. Ses objectifs sont clairs et malgré les réticences de plusieurs pays européens, elle a réussi à lancer le Parquet européen, un organisme qui va permettre la coopération dans la lutte contre la fraude fiscale. Fille d’un procureur, vice-championne d'Europe de Basket, première femme et plus jeune procureure générale de Roumanie à 33 ans.

Elle a été désignée procureure générale du Parquet européen en 2019 grâce à l’appui des parlementaires européens. « C'est une fonction prestigieuse qui se trouve au croisement de la technique et de la politique », comme l’explique Sylvie Guillaume, membre de la Commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures.

« Il fallait une personnalité extrêmement forte sur le sujet. Le Conseil européen avait plutôt choisi un autre candidat et c'est le Parlement européen qui a permis à Madame Kövesi d'être choisie. Elle a à la fois la sûreté, l'expérience et le mental d'une personne déterminée. Ça a été compliqué à mettre au point parce qu'on touche à des sujets sur lesquels les États membres ont un petit de mal à céder. »

En Roumanie, Laura Codruța Kövesi a traité plus de 9 000 dossiers de corruption, traduit devant la justice un millier de personnes, y compris d'anciens ministres, d’anciens juges et procureurs avec un taux remarquable de 90% de condamnation. La présidente de la Commission budgétaire au Parlement européen, Monika Hohlmeier, compte vraiment sur elle pour contraindre les États membres à respecter les règles européennes.

« Elle est très intelligente, très motivée, courageuse, dotée d'une grande force de caractère et juste, souligne Monika Hohlmeier. En plus Madame Kövesi est confrontée à une tâche difficile et extrêmement exigeante. Elle doit faire face à de grandes attentes. Tout ne fonctionnera certainement pas à 100% dans l'immédiat mais je suis convaincu que Madame Kövesi dispose de toutes les compétences et toutes les qualités pour surmonter rapidement toutes les difficultés. Elle l'a déjà prouvé en Roumanie et je pense qu'elle aura aussi du succès au Parquet européen. On verra si les autorités nationales vont coopérer ou bien s'il y a des États membres qui ne le font pas. »

Sous la houlette de Laura Codruța Kövesi, le Parquet européen va entrer en action pour lutter contre les fraudes à la fiscalité et aux subventions européennes. De son succès dépendra l’avenir de la coopération judiciaire européenne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail