Européen de la semaine

Pascal Soriot, président-directeur général du groupe pharmaceutique AstraZeneca

Audio 03:36
Pascal Soriot, président-directeur général du groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca, en 2018 à Moscou.
Pascal Soriot, président-directeur général du groupe pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca, en 2018 à Moscou. Maxim Grigoryev/TASS - Maxim Grigoryev

La bataille des vaccins contre la Covid-19 fait rage. Comment Pascal Soriot, le patron franco australien d’AstraZeneca, va-t-il s’en sortir ? Lui qui apparaissait comme un sauveur au début de la pandémie, doit assumer aujourd’hui les retards de livraison et les effets secondaire de son vaccin. Pascal Soriot est notre européen de la semaine. Portrait.

Publicité

« 2021 nous a apporté la pire crise sanitaire et économique qu’ait connu notre génération. C’est aussi un moment décisif pour AstraZeneca. Nous avons continué à créer de la valeur pour nos patients, nos actionnaires et pour la société. Je n’ai jamais été aussi fier de diriger cette entreprise. » Ce sont les mots de Pascal Soriot qui joue son avenir et celui d’AstraZeneca, une entreprise suédo-britannique. Vétérinaire de formation, il est né en Picardie, il a 62 ans et vit aujourd’hui en Australie avec sa famille.

Le laboratoire qu’il préside est spécialisé dans les médicaments contre le cancer. Il a été un des premiers à produire un vaccin bon marché et simple contre le Covid-19 mis au point par les chercheurs d’Oxford. Il est commercialisé à un prix très bas jusqu’à dix fois moins élevé que celui de ses concurrents. Le rêve a tourné au cauchemar à cause des retards de livraison et des rumeurs sur la dangerosité et l’efficacité du vaccin. Le vaccin AstraZeneca, qui a déjà été administré à des millions de personnes, est pourtant un bon vaccin pour les autorités de régulation européenne. A-t-il été victime d’une cabale de la part des dirigeants européens ?

« Il n'y a pas une cabale contre AstraZenaca au niveau européen, assure Véronique Trillet-Lenoir, eurodéputée Renew, membre de la commission santé et cancérologue. Mais il y a un mécontentement fort qui me paraît justifié parce qu'on a maintenant la preuve que ce laboratoire a signé des contrats avec l'Union européenne d'une part et le Royaume-Uni d'autre part, en promettant à chacun les mêmes doses potentielles de vaccins. AstraZeneca est un laboratoire important qui produit beaucoup de médicaments en cancérologie que je connais bien. Je suis surprise de cette manière de faire déloyale et délétère pour tout le monde – surtout pour eux – et qui met tout le monde dans une situation délicate en obligeant l'Union européenne à vérifier ses exportations et risquant de mettre le Royaume-Uni dans la difficulté pour l'administration de la deuxième dose. »

Pascal Soriot est un homme de combat. En 2014, il déjoue une offre publique d'achat hostile de son concurrent américain Pfizer. En pleine pandémie, il vient de racheter l’entreprise pharmaceutique américaine Alexion Pharmaceuticals pour 39 milliards de dollars mais il n’a pas réussi à convaincre les eurodéputés de sa sincérité.

« C'est vrai que Pascal Soriot a eu des propos humiliants. Il les a eu dans la presse en expliquant tous ses petits efforts pour contenter tout le monde. Un contrat ce n'est pas ça. Il a été assez arrogant dans une audition – à laquelle j'ai assisté – au Parlement européen. Il a eu beaucoup de questions auxquelles il n'a pas répondu tout en prenant une attitude assez distanciée depuis Sydney qu'il n'a pas quitté depuis le début de la crise. Je ne trouve pas que ce soit quelqu'un qui se comporte comme un responsable de Santé publique même si son objectif est de faire du business, ce que tout le monde comprend », conclut Véronique Trillet-Lenoir.

La bataille contre la pandémie n’est pas terminée et de nouveaux vaccins arrivent. Celui d’AstraZeneca change de nom, son utilisation est plus encadrée et quel que soit son avenir il aura joué un rôle majeur dans la lutte contre le Covid-19.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail