De cuisine et de transmission

Audio 48:30
Ryoko Sekiguchi.
Ryoko Sekiguchi. © CDenavit / RFI

Peut-on retrouver le goût de ce qui n'est plus ? Le goût d'avant les grands bouleversements, les catastrophes, le chaos.La cuisine permet-elle de tisser des ponts entre l'avant et l'après, d'incarner les souvenirs, de donner une voix aux ancêtres, aux absents à travers nos gestes, les mots, les plats ?

Publicité

En jouant sur les sens, la mémoire pour guide, dans la transmission est probablement le dernier rempart contre la disparition.

« La cuisine ne connaitra pas de fin tant qu'il y aura des gens pour la préparer, dans leur pays ou dans leur exil, pour prendre des forces. Pour une table idéale. »

Avec Ryoko Sekiguchi, poète japonaise, journaliste culinaire, écrivain. Son denrier livre « 961 heures à Beyrouth et 321 plats qui les accompagnent » est publié chez P.O.L, ainsi que Nagori, ce n'est pas un hasard, sous sa direction, le club des gourmets et autres cuisines japonaises, ou encore chez JBL « Sentir ».

 

En lien et pour aller plus loin :

Grandmas project

 

Grandmas project.
Grandmas project. © Grandmas project

 

Zeina Abirached : « Mourir, partir, revenir, Le jeu des Hirondelles », Je me souviens Beyrouth, aux editions Cambourakis. Le piano Oriental aux editions Casterman. 

Christian Boltanski : « le grand atelier », émission de Vincent Josse sur France Inter

« la cuisine de l'exil »  Stéphanie Schwartzbrod - Actes Sud

 

Programmation musicale :

Nuage de Lune de l'ensemble - Al Kindi

Blowin' in the wind - Bob Dylan

 

La recette :

Comment faire du Keshek.

Recette de Khaled Sleem tirée de « 961 heures à Beyrouth » De Ryoko Sekiguchi.

 

Pétrir du boulghour (blé cuit à la vapeur, séché et concassé) préalablement lavé et bouilli dans de l'eau avec du yaourt.

Laisser reposer deux ou trois jours à température ambiante en prenant garde à ce que la fermentation ne soit pas trop rapide, pour que l'acidité reste modérée. Pendant ce temps, rajouter régulièrement de la crème fraîche en petite quantité ( 1 kg de blé concassé pour 2 kg de crème fraiche au total). Une fois atteint le degré de fermentation optimal, étaler le tout sur une planche et faire sécher au soleil. Moudre et tamiser pour obtenir une poudre acide et sèche. Ce produit s'emploie traditionnellement dans la confection des manakish et entre dans la composition de différentes soupes.

 

Pour goûter ?

Quelques adresses en France, ou ailleurs grâce aussi à vos adresses partagées sur les réseaux

Les Kebbeh

À Paris :

Les mots et le ciel, 81 rue Olivier de Serres à Paris dans le 15ème.

Tintamarre, 80 Av. Jean Jaurès, 75019 Paris

À Marseille, Mouné,  30 Rue Fortia, 13001 Marseille

Kebbeh. Les mots et le Ciel.
Kebbeh. Les mots et le Ciel. © Karim Haidar

La molokheya et bien plus encore

À mi-chemin, 31 rue boulard, 75014

La fille du Boucher, 20 rue cardinet, 75020 Paris

Mloukhiya-aux-joues-de-boeuf. À mi-Chemin.
Mloukhiya-aux-joues-de-boeuf. À mi-Chemin. © FabriceVeigas

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI