Reportage international

Pérou: Pedro Castillo, de la campagne andine au second tour de la présidentielle

Audio 02:30
Pedro Castillo, à Lima le 3 juin 2021.
Pedro Castillo, à Lima le 3 juin 2021. Luka GONZALES AFP/Archivos

Jusqu’ici quasiment inconnu en politique, le candidat de la gauche radicale Pedro Castillo, 51 ans, affrontera ce dimanche 6 juin au second tour de la présidentielle péruvienne la candidate de la droite populiste Keiko Fujimori, 46 ans, bien connue puisqu’elle est la fille de l’ancien autocrate Alberto Fujimori (1990-2000) et postule pour la troisième fois à la présidentielle. 

Publicité

De notre correspondante à Lima,

C’est Lilian Paredes, l’épouse de Pedro Castillo qui nous accueille dans le patio de la maison familiale, une maison traditionnelle située sur une colline qui domine Chugur, un hameau d’une centaine d’âmes perdu au milieu des Andes, dans la région de Cajamarca, à plus de 1 000 kilomètres de la capitale Lima.

« C’est une petite maison de campagne, mais très chaleureuse. Je suis née et j’ai grandi ici à Chugur et mon mari à une heure et demie de là. Ses parents sont agriculteurs, comme les miens, raconte-t-elle. Comme vous voyez ici, on cultive du maïs, des pommes de terres, des pois. Et par là on a nos animaux : des vaches et des poules. »

Des élèves au ventre vide

C’est dans cet environnement rural et agricole que vit Pedro Castillo avec sa femme et leurs deux enfants. Tous les deux enseignent dans la province d’Anguia, l’une des plus pauvres du Pérou, alors que la région abrite la plus importante mine d’or d’Amérique du Sud. Depuis des années, l’instituteur voit ses élèves arriver à l’école le ventre vide.

« Mon mari s’est rendu compte que nos gouvernants faisaient les choses mal et il a voulu changer les choses », indique Lilian Paredes. À commencer par son secteur, l’éducation en milieu rural. Pedro Castillo s’est donc d’abord lancé dans la lutte syndicale. En 2017, il se fait connaître en prenant la tête d’un vaste mouvement de grève suivi par plus de 200 000 professeurs pendant près de trois mois pour exiger une augmentation du budget de l’éducation.

Mais avec peu de résultats, comme nous l’explique Victor Cabrera, instituteur et vieil ami de Pedro Castillo : « L’éducation reste un secteur abandonné. Alors, nous les professeurs, on s’est dit que si on n’était pas représentés dans les hautes sphères politiques, ça ne changerait jamais. »

Partant de ce constat, à l’occasion d’une assemblée nationale des représentants des professeurs, Victor Cabrera et ses collègues ont proposé à Pedro Castillo d’être leur candidat à la présidentielle. « Il nous avait démontré qu’il pouvait être un bon leader : digne, honnête et loyal envers le peuple, car contrairement aux autres, il n’a pas négocié avec le gouvernement contre de l’argent pour interrompre la grève », remarque encore l'instituteur.

Conservateur de gauche

Approché par plusieurs partis pour être leur candidat à la présidentielle, fin 2020, le professeur et syndicaliste Pedro Castillo répond finalement à l’invitation de Peru Libre, une formation de gauche marxiste-léniniste. S’il est élu président, Castillo a promis de convoquer une Assemblée constituante pour rédiger une nouvelle Constitution et nationaliser les ressources naturelles du Pérou afin de financer l’éducation, la santé et la lutte contre la pauvreté. Il cite souvent en exemple les expériences d’Evo Morales en Bolivie et de Rafael Correa en Équateur.

De gauche sur le plan économique, ce catholique est en revanche conservateur sur les questions sociétales. Il s’oppose notamment à l’avortement et au mariage pour tous, et est en faveur d'un maintien de l'ordre strict et d'une forte régulation des médias.

Tandis que ses adversaires l’accusent d’être un communiste qui, en cas de victoire, ferait du Pérou un second Venezuela, une grande partie de la population, notamment des zones pauvres et rurales, s’identifie à cet instituteur provincial aux origines modestes qui, contrairement à son adversaire, n’est pas associé à la corruption. Ce qui pourrait bien faire de lui le prochain président du Pérou

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail