Revue de presse Afrique

À la Une: rentrera, rentrera pas?

Audio 03:47
Laurent Gbagbo.
Laurent Gbagbo. Jerry Lampen/Pool via REUTERS

Publicité

Laurent Gbagbo va-t-il rentrer au pays dans les prochaines semaines ? La question est relancée en Côte d’Ivoire après l’annonce hier par l’un de ses proches du retour de l’ancien président à la mi-mars.

« Ce retour annoncé s’inscrit-il dans la droite ligne des négociations à ce sujet avec le gouvernement ? », s’interroge Fraternité Matin. Réponse de Assoa Adou, secrétaire général du FPI et proche de Laurent Gbagbo : « Les négociations traînent. Certains pensent qu’on veut faire un coup de force. Non ! », s’exclame-t-il. Pour sa part, poursuit Fraternité Matin, « Kouadio Konan Bertin, le ministre de la Réconciliation nationale, avait annoncé récemment sa volonté de se rendre à Bruxelles pour voir Laurent Gbagbo et évoquer les modalités de son retour au pays, sans toutefois indiquer de date précise. "Le principe est acquis", avait-il dit. »

Coup de pression ?

Alors, « Laurent Gbagbo va-t-il vraiment rentrer en Côte d’Ivoire mi-mars ? », s’interroge Jeune Afrique. « La réalité est complexe, pointe l’hebdomadaire panafricain. L’annonce de son retour « sonne davantage comme un moyen de mettre une pression supplémentaire sur les autorités ivoiriennes qu’une certitude définitivement inscrite dans le marbre. (…) Au début du mois de décembre dernier, rappelle Jeune Afrique, Laurent Gbagbo a reçu deux passeports – un diplomatique et un ordinaire. Il avait désigné Assoa Adou pour approcher les autorités compétentes afin "d’organiser son retour dans la quiétude, conformément à son statut d’ancien président de la République". Après avoir envoyé un courrier au Premier ministre Hamed Bakayoko, Assoa Adou avait été reçu par ce dernier le 13 janvier. Le chef du gouvernement lui avait alors assuré que les autorités étaient ouvertes au retour de l’ancien président, mais avaient besoin de temps pour l’organiser. »

Lequel va se décider à appeler l’autre ?

D’ailleurs, précise encore Jeune Afrique, « la possibilité d’un contact téléphonique entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo a été évoquée. "Le problème est que Ouattara estime que c’est à Gbagbo de l’appeler pour négocier un retour en douceur, alors que pour ce dernier, c’est à Ouattara de prendre l’initiative en tant que chef de l’État", explique une source au fait des tractations. »

En fait, « depuis l’acquittement de Gbagbo en janvier 2019, Alassane Ouattara joue la montre. Aujourd’hui encore, il souhaite rester le maître des horloges afin de consolider son pouvoir. Dans son entourage, certains craignent toujours que la présence de Gbagbo au pays ne fragilise le régime. »

Arrangement secret ?

Le quotidien Aujourd’hui au Burkina est sur la même ligne : « En maintenant son prédécesseur loin de la Lagune Ebrié, Alassane Ouattara, qui veut garder son influence sur le champ politique et garder la main sur un pays où l’urgence d’une réelle réconciliation s’impose, Alassane Ouattara joue la montre et imprime son rythme à ce processus de réconciliation. Aussi, en déclarant le retour de son fondateur, le FPI espère jouer son va-tout au moment où la Côte d’Ivoire s’apprête à se rendre aux urnes pour élire ses députés. Enfin, plusieurs questions surgissent autour de ce retour qui semble avoir été décidé de façon unilatérale. Doit-on conclure, s’interroge encore Aujourd’hui, à un arrangement secret entre l’actuelle direction politique du FPI et les maîtres d’Abidjan, ou bien est-ce (vraiment) un premier pas vers une réconciliation des cœurs meurtris par la crise postélectorale de 2011 ? »

Que va dire la chambre d’appel de la CPI ?

Enfin, élément important à prendre en compte dans cette affaire de retour ou pas de Laurent Gbagbo : le verdict de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale attendu d’ici le 31 mars. La procureure Fatou Bensouda avait fait appel de l’acquittement de l’ancien président en septembre 2019. Deux options : les cinq juges de la chambre d’appel pourraient soit confirmer l’acquittement, soit décider de recommencer le procès sur la base des mêmes charges de crimes. Et dans dernier cas, pointe le site d’information ivoirien AfrikiPresse, « le retour de Gbagbo pourrait connaître une légère perturbation. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail