Géopolitique, le débat

Israël: incertitude politique et polarisation

Audio 50:00
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu saluant ses supporters au QG du Likoud à Jérusalem, le 24 mars 2021.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu saluant ses supporters au QG du Likoud à Jérusalem, le 24 mars 2021. AP - Ariel Schalit

Les Israéliens étaient appelés aux urnes, cette semaine, pour la quatrième élection législative en deux ans. Le Premier ministre sortant jouait sa survie politique dans le scrutin qui s'est tenu vaille que vaille en pleine pandémie et dans un climat de très forte polarisation. L'audience du 5 avril 2021 sera le premier épisode d'un procès pour corruption visant le Premier ministre, et qui pourrait durer 18 mois. En attendant, Benyamin Netanyahu peut avancer le récit d'une droite dominante qu'il espère unifier. Son parti termine affaibli, mais en tête. Le Parlement issu des urnes sera le plus marqué par la droite idéologique de l'histoire récente d'Israël.

Publicité

Invités

Jean-Paul Chagnollaud, professeur des Universités et président de l’Iremmo. «Israël/Palestine, la défaite du vainqueur», Actes Sud. 

Dominique Vidal, journaliste et historien. Auteur de nombreux ouvrages sur le Proche Orient. Co-directeur de l’État du monde. Édition 2021 «Le Moyen-Orient et le monde», éd. La Découverte.

Alain Dieckhoff, directeur du CERI et directeur de recherche au CNRS. «Le conflit israélo-palestinien», éditions Armand Colin.

Pour aller plus loin :

- «Israël, une démocratie fragile», éditions Fayard

- «L'échec d'une utopie», éditions La Découverte.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail