Accéder au contenu principal
Afrique économie

Burkina-Faso: l'or, bouée de sauvetage de l'économie du pays

Audio 02:17
La mine d'or d'Essakane, au Burkina Faso.
La mine d'or d'Essakane, au Burkina Faso. Crédit: Lamgold/Wikimedia commons

Au Burkina Faso, depuis 2008, l’or est devenu le premier produit d’exportation. De 10 mines en exploitation en 2010, le pays est passé à 17 mines 10 ans plus tard (au 30 juin 2020). Quant aux recettes d’exportation, elles sont passées de 974 milliards de francs CFA en 2016 à 1 420 milliards en 2019.

Publicité

Le Burkina prévoit une production de 53 tonnes pour l’année 2020 au vu des tendances en cours. Selon le gouvernement, le secteur minier est le plus résilient face aux crises sécuritaires et sanitaires que vit le pays. Le secteur extractif représente en moyenne 71% des recettes d’exportation du pays.

La contribution directe au budget de l’État est passée de 190 milliards en 2016 à 276 milliards en 2019 selon Oumarou Idani, le ministre des Mines. « La production va augmenter, nous serons autour de 2 000 milliards de francs CFA de recettes d'exportations. Le secteur minier représente en moyenne 15% des recettes directes du budget de l'État. »

Le gouvernement a pu recouvrer la somme de 51 milliards de francs CFA, représentant la contribution des sociétés au fonds minier de développement local. Un fonds que certaines sociétés minières se refusaient de reverser aux communes, pourtant prévues par le code minier. « Il y a encore des recouvrements résiduels au titre des trois dernières années. Nous avons pris des mesures de recouvrement forcés. »

Malgré cette contribution au développement, le secteur minier est menacé par les groupes armés terroristes. En novembre 2019, un convoi de la mine de Boungou a fait l’objet d’attaque terroriste. Les groupes armés exploitent certaines mines artisanales pour financer leurs activités, selon un rapport du Conseil économique et social.

« Dans la région de l'Est, les milices avaient organisé des milices. Il y a eu une tentative de récupération d'une mine industrielle par les terroristes. Symboliquement, si les terroristes avaient récupéré une mine industrielle, cela allait être une situation dramatique. Nous avons aussi pris des dispositions pour protéger les sites artisanaux. »

L’un des défis pour le gouvernement est d’impliquer le secteur privé national dans l’exploitation industrielle afin d’accroître les revenus.  « Nous venons d'approuver un dossier pour une grande mines, dossier déposé par un opérateur burkinabè. »

Le gouvernement ambitionne se lancer dans la recherche du pétrole et à l’exploitation du calcaire à ciment dans la région du Sahel, selon le ministre des Mines et carrières.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.